Etudiants violentés à Montpellier: le doyen accusé d'avoir envoyé sa "milice"

Auteur(s)
La rédaction de FranceSoir.fr
Publié le 23 mars 2018 - 12:10
Image
Des hommes masqués s'en prennent aux étudiants de Montpellier.
Crédits
©Capture d'écran
Des hommes armés et cagoulés s'en sont violemment pris aux étudiants grévistes de Montpellier.
©Capture d'écran
Plusieurs étudiants grévistes de la faculté de droit de Montpellier ont été blessés dans la nuit de jeudi à vendredi par un groupe d'individus masqués et armés venus les expulser. Selon les victimes, le doyen et se trouvait derrière cette opération. L'administration de la faculté dit gérer une "situation de crise".

Violences et graves accusations à la fac de droit et sciences politiques de Montpellier. Quelques dizaines d'étudiants qui occupaient un amphithéâtre dans la nuit de jeudi 22 à ce vendredi 23 ont été évacués manu militari par un groupe d'individus cagoulés et armés de matraques de fortune qui n'ont pas hésité à frapper certains jeunes grévistes.

Mais surtout, plusieurs de ces étudiants accusent l'administration et même le doyen de l'université d'avoir laissé entré ce "commando" afin de mettre fin à l'occupation des lieux.

Voir: Info "France-Soir" - Violences contre les étudiants à l'université de Montpellier, le doyen donne sa version

"Le doyen de la fac de droit était présent. Je l'ai vu ouvrir la porte à ces hommes. J'ai vu les portes de la fac se refermer, avec ces hommes à l'intérieur", affirme l'auteure de l'une des vidéos pour qui la direction de la fac était clairement de mèche avec les agresseurs.

"J'ai vu le directeur d'une institution publique s'enfermer avec un groupuscule extra violent. (...) J'ai vu l'administration qui était présente sur les lieux applaudir. Applaudir face au sang d'étudiants en lutte pour leurs droits. (...) Le doyen de la fac de droit, je l'affirme parce que je l'ai vu, a montré à ces hommes, dont il n'avait pas peur, les «cibles»", poursuit-elle.

Plusieurs étudiants ont dû être hospitalisés mais leurs jours ne seraient pas en danger. Le syndicat étudiant Solidaires appelle à un rassemblement devant la faculté de droit ce vendredi à 13h pour dénoncer l'envoie par l'administration de cette "milice fasciste".

Les étudiants accusent également la direction d'avoir interdit à la police d'intervenir. Contacté par France-Soir, l'administration de la faculté n'a pas souhaité commenter ces accusations: "Nous sommes en état de crise car des étudiants cherchent à nouveau à occuper la faculté. Pour l'instant on gère l'urgence". Une dizaine de vigiles et des personnels de l'administration ont été mobilisés pour filtrer les entrées. Les cours ont été maintenus.

Lire aussi: 10 millions d'euros supplémentaires pour l'accompagnement des étudiants

Plusieurs manifestations et blocages ou tentatives de blocages d'université ont eu lieu jeudi 22 dans le cadre de la journée de grève contre différentes réformes du gouvernement. Les étudiants dénoncent notamment le nouveau système d'admission Parcoursup ou la réforme de la licence et du master.

À LIRE AUSSI

Image
France-Soir
Parcoursup: une nouvelle étape démarre, des inquiétudes persistent
Après la fin des inscriptions à Parcoursup mardi soir, les lycéens ont jusqu'à fin mars pour motiver leurs vœux sur cette nouvelle plateforme d'accès à l'université, q...
13 mars 2018 - 16:43
Image
Les étudiants tiennent une réunion dans une salle mise à leur disposition par le doyen Pierre Grappin, le 1er avril 1968, à la faculté de Nanterre
Leur mai 68: pour une ex-étudiante de Nanterre, "nous allions vers la révolution"
Le 22 mars 1968, 142 étudiants emmenés par Daniel Cohn-Bendit envahissent un bâtiment administratif de la faculté de Nanterre, marquant le début de ce qui deviendra ma...
22 mars 2018 - 16:52