Couple percuté par un TGV en Eure-et-Loir: l'homme aurait attaché son épouse sur les rails avant de se suicider

Couple percuté par un TGV en Eure-et-Loir: l'homme aurait attaché son épouse sur les rails avant de se suicider

Publié le :

Mercredi 14 Juin 2017 - 11:39

Mise à jour :

Mercredi 14 Juin 2017 - 11:55
© MEHDI FEDOUACH / AFP/Archives
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

L'enquête avance dans l'affaire des deux personnes fauchées lundi par un TGV circulant entre Paris et Nantes. La thèse du meurtre suivi d'un suicide est privilégiée.

La thèse du meurtre suivi d'un suicide semble se confirmer peu à peu dans le drame qui a eu lieu, lundi 12 au matin. Les corps d'un homme et d'une femme ont été retrouvés sur les rails d'une voie TGV reliant Paris à Nantes. Une des deux victimes a été coupée en deux, l'autre a été percutée.

Lorsque les gendarmes sont arrivés sur les lieux du drame à Beauvilliers (Eure-et-Loir), les cadavres de Guillaume, 37 ans, et de son épouse Emilie, 34 ans, gisaient au sol. Les autorités ont très vite constaté que la mort de la femme n'était pas accidentelle."La jeune femme a été attachée au niveau des jambes avec du ruban adhésif, ses poignets portaient également des marques laissées par des entraves. Mais on ignore encore si elle a été droguée", raconte une source proche du dossier au Parisien. Au vu des marques présentes sur le corps de l'homme, les autorités pensent qu'il a été percuté et donc qu'il n'était pas ligoté.

L'homme était très dépressif suite aux problèmes de couple qu'il rencontrait avec sa femme,"c'est le geste terrible d'un homme qui a sombré dans une longue dépression" rapporte la même source. Selon les enquêteurs, le mari aurait enlevé sa femme chez elle après avoir confié leurs quatre enfants, dont un en commun, à ses parents. Les enquêteurs ignorent encore dans quelles circonstances l'homme, qui n'avait aucun antécédent de violences, a fait s'allonger sa femme sur la voie. Il se serait installé à côtéd'elle après l'avoir ligotée.

L'enquête avance dans l'affaire des deux corps retrouvés sur les rails vers Beauvilliers.


Commentaires

-