Eure: le garçon s'étouffe avec un biscuit, il échappe à la mort grâce aux gendarmes

Eure: le garçon s'étouffe avec un biscuit, il échappe à la mort grâce aux gendarmes

Publié le :

Lundi 13 Mars 2017 - 08:58

Mise à jour :

Lundi 13 Mars 2017 - 09:14
©Witt/Sipa
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Des gendarmes du peloton motorisé de Gaillon (Eure) ont arrêté une voiture roulant à vive allure dimanche 5 mars. A l'intérieur, un jeune garçon en détresse respiratoire à cause d'un biscuit avalé de travers. Les militaires ont pu lui sauver la vie.

On est passé à deux doigts du drame et tout s'est finalement bien terminé grâce à… un contrôle routier pour excès de vitesse. Dimanche 5 mars, les gendarmes du peloton motorisé de Gaillon, dans le département de l'Eure, ont sauvé la vie d'un petit garçon de 11 ans. Ce dernier était en train de s'étouffer à cause d'une fausse route dans l'ingestion d'un simple biscuit. Sans l'intervention des militaires, il serait mort.

D'après le rapport des faits par l'hebdomadaire local L'Impartial, les gendarmes font du contrôle de vitesse sur une route nationale, et constatent un véhicule en infraction, roulant vite, très vite même. Pas de simple flash par le radar face à l'ampleur de l'infraction, les gendarmes enfourchent directement leur moto et partent à la poursuite de la voiture.

Arrivés à la hauteur et faisant stopper le véhicule, les militaires découvrent au volant une mère complètement affolée. La cause? Son fils, présent dans la voiture, est en train de suffoquer, et se trouve déjà en état de détresse respiratoire. Il a en effet avalé "de travers" un simple biscuit apéritif qui lui obstrue les voies respiratoires.

Avec sang-froid, les gendarmes vont alors appliquer leur formation aux premiers secours et user des gestes adéquats pour sauver l'enfant d'une mort affreuse et certaine. L'aliment est extrait et le garçon retrouve enfin une respiration normale.

La petite histoire ne dit pas –cela paraîtra peu probable– si la mère a été verbalisée. Elle peut en tout cas remercier les gendarmes d'être partis à sa poursuite, à l'origine pour la sanctionner, et finalement pour sauver la vie de son fils.

Les gendarmes ont pu effectuer les gestes d'urgence et sauver la vie de l'enfant.

Sur le même sujet, la rédaction vous propose:



Commentaires

-