Euro 2016: trois supporters russes jugés à Marseille, 20 autres expulsés

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

Euro 2016: trois supporters russes jugés à Marseille, 20 autres expulsés

Publié le 16/06/2016 à 10:59 - Mise à jour à 11:08
©Leon Neal/AFP
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

-A +A

Les supporters avaient été appréhendés dans leur bus, alors qu'ils quittaient la région PACA. Ils étaient accusé d'avoir participé aux débordements de Marseille.

Trois des 43 supporters russes arrêtés mardi dans les Alpes-Maritimes doivent être jugés jeudi en comparution immédiate à Marseille pour leur participation présumée aux violences qui ont fait 35 blessés en marge d'Angleterre-Russie, a annoncé le procureur de la République à l'AFP.

Vingt autres de ces supporters, contre lesquels aucune charge pénale n'a été retenue, font en revanche l'objet d'arrêtés de reconduite à la frontière, et devraient être expulsés de France lundi prochain, a précisé la préfecture de région. Les 20 derniers sont ressortis libres de garde à vue.

Ces supporters, dont une trentaine avaient dans un premier temps refusé de se soumettre aux contrôles et de descendre de leur car garé dans la cour de la caserne de gendarmerie de Mandelieu-la-Napoule, avaient finalement obtempéré. Dans un premier temps, les autorités avaient évoqué le transfert de six de ces Russes vers des centres de rétention à Nice et Marseille.

Les contrôles d'identité, effectués par la gendarmerie en coordination avec la Division nationale de lutte contre le hooliganisme (DNLH), étaient notamment destinés à vérifier si ces Russes faisaient partie d'une liste de hooligans dits "à risque". "Nous avons des indices suffisamment précis sur la participation d'au moins un certain nombre d'entre eux aux aux violences inacceptables" survenues à Marseille en marge d'Angleterre-Russie, avait commenté Adolphe Colrat, le préfet des Alpes-Maritimes. 

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP


PARTAGER CET ARTICLE :


Les accusés étaient suspectés d'avoir participé aux heurts de Marseille.

Annonces immobilières

Newsletter





Commentaires

-