Extrême droite: Patrick Jardin fait l'apologie du terrorisme après l'attentat de Christchurch

Extrême droite: Patrick Jardin fait l'apologie du terrorisme après l'attentat de Christchurch

Publié le 18/03/2019 à 11:28 - Mise à jour à 13:08
©Capture d'écran YouTube/TV Libertés
PARTAGER :

Auteur(s): Pierre Plottu et Maxime Macé.

-A +A

Connu pour ses dérapages islamophobes, Patrick Jardin, père d'une victime du Bataclan et proche du RN (ex-FN), a encore franchi un cap en se livrant sur son blog à une apologie du terrorisme dirigé contre les musulmans. Il se réjouit même de l'attentat de Christchurch, qui a fait 49 morts dans deux mosquées néozélandaises vendredi. Mais se dit "qu'à moitié satisfait" car Brenton Tarrant n'a pas fait assez de victimes à son goût.

 

"Brenton Tarrant a eu le courage de faire ce que je voulais faire". Ces mots sont ceux qu'a écrits sur son blog Patrick Jardin, père d'une victime du Bataclan et proche du Rassemblement national (ex-FN), après l'attentat islamophobe de Christchurch, en Nouvelle Zélande, perpétré par un terroriste d'extrême droite vendredi 15. Pire, se livrant à une véritable apologie du terrorisme, le même Jardin ajoute: "Je ne suis qu'à moitié satisfait 49 morts à Christchurch et 98 rien qu'au Bataclan".

Le message de Patrick Jardin n'est pas daté (aucun ne l'est sur son blog), mais il est évident qu'il a été rédigé dans la foulée de l'attaque qui a fait près de 50 morts et des dizaines de blessés dans deux mosquées néozélandaises. Des hommes, des femmes, des enfants y ont été abattus, pour certains à bout portant, par un extrémiste disant agir contre le "grand remplacement". C'est même ainsi que Tarrant a titré le manifeste posté sur Internet avant son passage à l'acte, du nom de cette théorie complotiste raciste voulant que la substitution des peuples européens "de souche" par des populations immigrées -principalement de culte ou de culture musulmane- soità l'œuvre et "organisée".

Lire aussi - Christchurch: la France aussi menacée par le terrorisme d'extrême droite

Patrick Jardin ne condamne que pour la forme -et éviter des poursuites?- l'attentat. "Il n'est pas question ici de se réjouir de la mort de 49 victimes vraisemblablement innocentes mais j'avoue que pour cette fois contrairement aux autres attentats je n'ai pas la larme à l'œil pour une fois que les victimes sont dans le camps d'en face (sic)", écrit-il ainsi. Dans son style très particulier, il développe: "Disons le clairement je ne suis qu'à moitié satisfait 49 morts à Christchurch et 98 (en réalité 90, NDLR) rien qu'au Bataclan. Je pense que si à chaque attentat perpétré par des islamistes on réagissait comme eux les attentats diminueraient de façon très significative".

Le reste est à l'avenant, entre propos racistes ("je connais bien les musulmans (...) ce sont des couards des pleutres et des lâches") et quasi-appel au meurtre lorsqu'il appelle à une action radicale de la police: "certes il y aurait des dommages collatéraux mais c'est le prix à payer pour que la France redevienne la France".

"Encore faudrait il qu'on ait des hommes politiques avec le nécessaire dans le pantalon pas des suces babouches qui se couchent au moindre bruissement", poursuit Patrick Jardin, avant de conclure: "malheureusement ils ont tellement laissé pourrir la situation que c'est le seul moyen maintenant pour s'en sortir".

Patrick Jardin a perdu sa fille, Nathalie, lors des attentats du 13 novembre 2015 à Paris et à Saint-Denis. La jeune femme était régisseuse lumière au Bataclan. Profondément meurtri par ce drame, ce père de famille a multiplié les interventions auprès des médias pour dire "sa haine", en opposition à Antoine Leiris, également victime des attentats et auteur de Vous n'aurez pas ma haine (Ed. Fayard). Dans ce qu'il a appellé son "combat contre l'islamisation de la France", Patrick Jardin a été constamment soutenu par des personnalités d'extrême droite, allant de Marine Le Pen à Renaud Camus, le promoteur du "grand remplacement".

Fin janvier, Patrick Jardin a été au cœur d'une polémique déclenchée par la possibilité de voir les djihadistes français retenus par les forces Kurdes en Syrie rapatriés en France. Sur son compte Twitter, depuis suspendu par la plate-forme, il avait affirmé "fusillons-les (…) comme Leclerc a fait fusiller les Français de la Waffen SS" ou encore "tuons aussi leurs enfants d’ailleurs". Patrick Jardin a depuis réouvert d'autres comptes, également fermés. Ces propos violents avaient été dénoncés par le journaliste et ancien otage de l'Etat islamique Nicolas Hénin, qui avait alors subi un harcèlement particulièrement agressif de la part des soutiens de Patrick Jardin, allant jusqu'à des menaces de mort envers lui et ses proches.

Voir:

Derrière l'attaque de Christchurch, l'ombre de Breivik et de l'extrême droite

Christchurch: une idéologie d'extrême droite violente répandue par internet

Avant Christchurch, les autres attentats terroristes d'extrême droite

Auteur(s): Pierre Plottu et Maxime Macé.


PARTAGER CET ARTICLE :


Patrick Jardin, père d'une victime du Bataclan, s'est livré à un apologie de l'attentat de Christchurch.

Fil d'actualités Société