Facebook Live: la mort d'un enfant de 2 ans filmée en direct, l'Amérique est sous le choc

Une balle en pleine tête

Facebook Live: la mort d'un enfant de 2 ans filmée en direct, l'Amérique est sous le choc

Publié le :

Jeudi 16 Février 2017 - 10:37

Mise à jour :

Jeudi 16 Février 2017 - 10:43
Un bébé de 2 ans a été abattu d'une balle en pleine tête alors qu'il se promenait en voiture avec son oncle et la petite amie de celui-ci, mardi à Chicago (nord des Etats-Unis). Le meurtre a été diffusé en direct sur Facebook.
©Jim Bourg/Reuters
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

L'horreur. Un bébé de deux ans a été abattu d'une balle en pleine tête, mardi 14 à Chicago (nord des Etats-Unis). Pire, l'amie de l'oncle du petit, âgée de 20 ans et enceinte, filmait et diffusait en direct sur Facebook Live lorsque le véhicule a été attaqué. Il s'agirait d'un règlement de comptes, selon les autorités.

Lavontay White, le garçon, était assis à l'arrière d'une berline rouge conduite par son oncle, âgé de 26 ans. Une promenade qu'immortalisait sa petite amie en direct sur Facebook via l'application dédiée du réseau social. Sur fond de musique rap le couple affiche sa complicité lorsque soudain des coups de feu éclatent, nombreux. Une quinzaine de tirs résonnent ainsi sur la vidéo diffusée par le Chicago Tribune (et que FranceSoir, en raison de la violence des images, ne souhaite pas diffuser, NDLR).

Le bilan est très lourd: le bébé et son oncle ont été tués sur le coup, tous deux atteints d'une balle en pleine tête. La petite amie a, pour sa part, réussi à s'enfuir, s'extrayant du véhicule dès les premiers coups de feu et prenant la fuite vers une ruelle adjacente. Blessée au ventre, la future maman a été hospitalisée au Mount Sinai Hospital de Chicago. Son pronostic vital ne serait toutefois pas engagé et des membres de sa famille cités par la presse locale affirment qu'elle devrait pouvoir garder son bébé.

"J'en ai assez, et je sais que Chicago en a assez", a réagi dans la foulée, visiblement touché, le chef de la police de la ville Eddie Johnson. "Nos enfants ne devraient pas continuer de payer le prix de notre incapacité à tenir pour responsables de leurs actes les récidivistes", a-t-il ajouté. "A un moment, cela doit s'arrêter".

Ce règlement de compte lié aux guerres de gang, selon les autorités, intervient quelques jours après un autre fait divers similaire. Samedi 11, un gangster de 19 ans a abattu une fillette de 11 ans. Un meurtre pour lequel il a été inculpé mercredi 15.

En 2016, la ville de Chicago a été le théâtre de quelque 3.500 fusillades et 750 meurtres.

"A un moment, cela doit s'arrêter", a déploré le chef de la police de Chicago suite au meurtre d'un bébé de 2 ans.


Commentaires

-