Grasse: un couple de fausses victimes de l'attentat du 13 novembre jugé en récidive pour celui de Nice

Grasse: un couple de fausses victimes de l'attentat du 13 novembre jugé en récidive pour celui de Nice

Publié le :

Mercredi 19 Avril 2017 - 17:16

Mise à jour :

Mercredi 19 Avril 2017 - 17:43
©Damien Meyer/AFP
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Un couple avait escroqué le Fonds de garantie des victimes du terrorisme, en affirmant avoir été présent au Stade de France le 13 novembre 2015 et lors de l'attentat de Nice le 14 juillet 2016. Ils sont jugés ce mercredi à Grasse pour la seconde fois.

Vera Vasic et Sasa Damjanovic risquent gros. Ce couple de fausses victimes des attentats du 13 novembre est jugé pour récidive ce mercredi 19 par le tribunal correctionnel de Grasse (Alpes-Maritimes). En effet, les deux individus ont également tenté de se faire passer pour des victimes du tragique attentat de Nice.  

Vera Vasic et Sasa Damjanovic avaient déjà été respectivement condamnés à trois et six ans de prison ferme pour s'être fait passer pour des victimes d'un des kamikazes du Stade de France. Lors du premier procès, ils avaient reconnu les faits et Sasa Damjanovic avait expliqué avoir été "attiré par l'appât du gain". En effet, le Fonds de garantie des victimes des actes de terrorisme (FGTI), convaincu par l'histoire du couple qui avait expliqué avoir été "traumatisé" par l'attentat, leur avait adjoint la somme de 60.000 euros.

C'est ce même appât du gain qui les avaient motivés à tenter de se faire passer pour des victimes du camion fou de Nice. C'est cette nouvelle demande d'indemnisation qui avait surpris le FGTI qui avait alors transmis le dossier aux autorités compétentes. Après enquête et analyse de leurs téléphones, il s'est avéré que le 13 novembre, le couple était présent sur la Côte d'Azur et non dans la capitale.

Au cours de leur premier procès, les deux fausses victimes avaient été également condamnées à verser 30.000 euros au FGTI. Pour cette nouvelle affaire, les deux prévenus risquent jusqu'à 14 ans de prison.

Lors de deux affaires similaires jugées récemment à Versailles et Bobigny pour des tentatives d'escroquerie à la suite des attentats de Paris, les peines prononcées avaient été de 6 mois avec sursis à un an ferme.

Vera Vasic et Sasa Damjanovic avait déjà été respectivement condamné à trois et six ans de prison ferme.

Commentaires

-