Océane, 11 ans, retrouvée morte à Feurs: sa mère suspectée et internée

Océane, 11 ans, retrouvée morte à Feurs: sa mère suspectée et internée

Publié le :

Dimanche 27 Août 2017 - 10:24

Mise à jour :

Dimanche 27 Août 2017 - 10:31
Une petite fille de 11 ans a été retrouvée morte samedi à Feurs (Loire), étranglée selon les premières constatations. Sa mère a été interpellée avant d’être placée d’office en établissement psychiatrique. Elle ne pourra répondre aux questions des juges que lorsque les psychiatres l’en estimeront capable.
©Witt/Sipa
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

La piste de l’infanticide semble privilégiée, même si l’enquête n’avait pas 24 heures ce dimanche 27 au matin. Une petite fille de 11 ans a été retrouvée morte samedi 26 au domicile familial de Feurs, dans la Loire. L’enfant aurait été étranglée selon les premières constatations. Sa mère fait office de principal suspect, rapporte Le Progrès. Fragile sur le plan mental, elle n’a pas été placée en garde à vue mais internée d’office dans un établissement psychiatrique en attendant les avancées de l’enquête.

C’est dans la matinée que le grand frère de la victime, qui venait rendre visite à sa mère, a prévenu les gendarmes qu’une femme venait de tuer sa sœur. Sur place, les militaires ont découvert le corps de l’enfant, des marques de liens autour du cou et apparemment morte depuis plusieurs heures.

La mère a été interpellée sur place et n’aurait opposé aucune résistance. Son rôle dans l’affaire reste encore à établir, mais son profil est celui d’une personne fragile que la vie n’a pas épargnée. Infirmière à Saint-Etienne, elle était en arrêt maladie en raison d’un épisode dépressif. Elle a eu trois enfants dont l’une est atteinte de trisomie 21. Selon Le Parisien, le père d’Océane serait en prison pour des faits de violences sexuelles commises au sein de sa famille.

La piste de l’homicide volontaire est donc largement privilégiée même si l’information judiciaire n’a pas été ouverte immédiatement. La mère ne pourra en effet être entendue par le juge d’instruction que lorsque le psychiatre l’estimera en état de répondre. En attendant, les techniciens en identification criminelle se sont penchés sur la scène de crime et une autopsie a été ordonnée, tandis que la brigade de recherches de Montbrison a été chargée de l’enquête.

L’infanticide est punissable en France de la réclusion criminelle à perpétuité. Toutefois, une personne dont le jugement était "aboli" au moment des faits est irresponsable pénalement et ne peut donc qu’être internée. En revanche, si son jugement n’était qu’"altéré", elle peut être poursuivie.

La mère de la victime souffrait de dépression.


Commentaires

-