Fillière djihadiste: six nouvelles interpellations, dans la région d'Albi et de Toulouse

Fillière djihadiste: six nouvelles interpellations, dans la région d'Albi et de Toulouse

Publié le :

Dimanche 08 Février 2015 - 13:33

Mise à jour :

Lundi 09 Février 2015 - 14:26
©Sipa
PARTAGER :
-A +A

Six personnes soupçonnées d’appartenir à une fillière djihadiste ont été interpellées ce dimanche dans la région de Toulouse et Albi. Elles sont soupçonnées de transferts de fonds douteux et d’avoir recruté des candidats au djihad.

Depuis les attentats terroristes de janvier, les coups de filets pour démanteler les filières dijadistes ne cessent de se multiplier. Le dernier en date a eu lieu ce dimanche matin où six personnes soupçonnées d’appartenir à un groupe de ce genre ont été interpellées dans la région de Toulouse et Albi, a indiqué le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve dans un communiqué. L'opération a été ordonnée par des magistrats du pôle anti-terroriste de Paris, saisi d’une information judiciaire ouverte pour "association de malfaiteurs terroristes et financement du terrorisme", a détaillé Bernard Cazeneuve.

D’après une source proche de l’enquête, cinq des suspects ont été interpellés à Albi et ses environs et le sixième dans la région toulousaine. Ces six individus, âgés d’une trentaine d’année, sont soupçonnés de transferts de fonds douteux et d’avoir recruté des candidats au djihad. Les enquêteurs cherchent à déterminer si certains d’entre eux se sont déjà rendus en Syrie.

La région toulousaine est le coeur de plusieurs enquêtes sur des fillières d'acheminement vers la Syrie de candidats au djihad. Dans un autre dossier, baptisé "de la filière d’Artigat", du nom d’un village de l’Ariège supposé être la base de repli de candidats au djihad, plusieurs interpellations avaient eu lieu l’année dernière, notamment à Toulouse et Albi, zones où officient d’anciens proches de Mohamed Merah.

Les arrestations de ce dimanche interviennent cinq jours après le démantèlement d’une autre filière djiadiste en Seine-Saint-Denis et dans la région lyonnaise. Sur les huit personnes interpellées, cinq hommes âgés de 23à 46 ans ont été mis en examen samedi 7 pour association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste. A l’issue de quoi, quatre d’entre eux ont été écroués.

Trois de ces cinq hommes sont soupçonnés de s’être rendus en Syrie et d’en être revenus en décembre dernier. "Originaires de Turquie et du Magrheb", ils sont "membres d’un réseau francilien plus large, dont les membres ont rejoint la Syrie en trois vagues: mai 2013, été 2013 et septembre 2013. Des membres de ce réseau se trouvent également sur place", a détaillé une source proche du dossier.

Enfin, il y a une semaine, une vaste opération anti-terroriste avait également été menée à Lunel, commune de l’Hérault de 26.000 habitants où une quinzaine de jeunes sont partis faire le djihad en Syrie. Cinq hommes âgés de 22 à 44 ans avaient été interpellés, mis en examen et écroués pour "association de malfaiteurs en vue de la préparation d'actes de terrorisme".  

Samedi, Bernard Cazeneuve s’est donc rendu à Lunel afin de durcir le ton contre le terrorisme et de rappeler les principes de la République indivisible. "Je veux dire avec la plus grande fermeté qu'aussi longtemps que ce gouvernement agira, il n'y aura aucun sanctuaire pour les terroristes en France", a déclaré le ministre au cours de sa visite.

Nouveau coup de filet anti-terroriste ce dimanche 8 janvier dans le Sud-Ouest.

Commentaires

-