Fusillade de Roye: le meurtrier regrette la mort du gendarme

Fusillade de Roye: le meurtrier regrette la mort du gendarme

Publié le :

Mercredi 26 Avril 2017 - 17:03

Mise à jour :

Mercredi 26 Avril 2017 - 17:28
Jugé pour le meurtre de trois membres d'une famille de gens de voyage et d'un gendarme en 2015, Marcel Ruffet a exprimé ce mercredi devant la cour d'assises de la Somme le regret d'avoir tué le militaire.
© / AFP
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Jugé ce mercredi 26 à Amiens pour le meurtre de trois membres d'une famille et d'un gendarme, Marcel Ruffet a exprimé des regrets. Devant la cour d'assise de la Somme il a dit regretter d'avoir tué le militaire, rapporte France Bleu Picardie.

"Je ne savais pas que c'était un gendarme, je veux payer pour le gendarme, c'est terrible ce que j'ai fait, on ne peut plus le ravoir, les gendarmes ne m'ont rien fait", a déclaré l'accusé cité par Europe 1. Cet ancien forain de 73 ans vivait dans un camp pour des gens du voyage situé à Roye, dans la Somme. Sauf que Marcel Ruffet détestait ses voisins. Avec 2,29 g d'alcool dans le sang, il avait décidé, le 25 août 2015, de les abattre avec un fusil pendant que ces derniers étaient dans leur caravane. Motif relevé par l'instruction, l'un d'entre eux avait retiré le branchement à l'eau et l'électricité du tueur.

Parmi les victimes, Michel Baumgaertner un père de 46 ans, sa fille Lovely âgée de huit mois et sa belle-fille Mallaurie de 19 ans. Au moment de la tuerie, Laurent Pruvot, un gendarme de 49 ans avait été alerté par le bruit des coups de feu et avait tenté d'intervenir. Un geste qui lui a valu de se faire tuer lui aussi par le vieil homme.

Le meurtrier s'est excusé pour la mort de Lovely et Mallaurie: "je m'excuse, je ne pensais pas que la fille et l'enfant étaient dans la caravane, je pensais que c'étaient les autres charlots", c'est-à-dire les trois fils de Michel Baumgaertner. Fils et petit-fils de forain, Marcel Ruffet était un nomade mais "n'avait rien à faire avec ces gens là", explique l'une de ses sœurs.

Cités par Le Parisien, les membres de famille de Marcel Ruffet l'ont décrit comme un homme violent et alcoolique. Sa fille est allée jusqu'à le qualifier de "monstre" habitué à manifester de la violence et à humilier ses proches. Quant à son ex-femme, elle a témoigné de nombreux coups reçus lorsque son mari était alcoolisé. Le psychiatre de l'accusé a pour sa part constaté qu'il ne regrettait que la mort du gendarme. L'homme resterait profondément haineux envers les gens du voyage: "sa fureur contre les gens du voyage n'a pas faibli, il en parle comme de la pourriture", déclare-t-il. 

Marcel Ruffet vivait dans un camp pour des gens du voyage situé à Roye, dans la Somme. Sauf qu'il détestait ses voisins.


Commentaires

-