Fusillade de San Bernardino: des liens avec Daech et Al-Qaïda

Auteur(s)
La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
Publié le 04 décembre 2015 - 19:21
Image
fusillade san bernardino
Crédits
®Patrick T. Fallon / AFP
La fusillade de San Bernardino a fait au moins 14 morts et une vingtaine de blessés.
®Patrick T. Fallon / AFP
Selon plusieurs médias américains, Syed Farook et sa femme Tashfeen Malik, auteurs présumés du massacre de San Bernardino, auraient eu des contacts avec Daech et Al-Qaïda. Mais les autorité se refusent pour l'instant à confirmer la piste terroriste.

Les autorités américaines préfèrent rester très prudentes sur la piste terroriste concernant la fusillade de San Bernardino (Californie) qui a fait 14 mort et une vingtaine de blessés mercredi 2. Mais plusieurs éléments révélés par les médias américains, non confirmés officiellement, évoquent des liens entre le couple de tireurs présumés -Syed Farook (28 ans) et sa femme Tashfeen Malik (27 ans)- et des organisations terroristes islamistes.

Selon CNN, Tashfeen Malik aurait publié sur un compte Facebook et sous un autre nom un texte dans lequel elle fait allégeance à l'Etat islamique (Daech) et à son calife autoproclamé Abou Bakr al-Baghdadi. Syed Farook, "s'était semble-t-il radicalisé", toujours selon la chaîne de télévision CNN, citant des sources policières.

Selon le New York Times, citant des parlementaires informés de l'enquête, Syed Farook avait été en contact "avec des extrémistes, aux Etats-Unis et à l'étranger il y a plusieurs années mais pas récemment".

L'homme de 28 ans -tué avec sa femme, 27 ans, mercredi à l'issue d'un affrontement avec la police- avait été en contact avec cinq personnes sur lesquelles le FBI avait enquêté pour des soupçons de terrorisme, dont l'une liée aux islamistes somaliens shebab et une autre au front Al-Nosra, branche syrienne d'Al-Qaïda.

Le Los Angeles Times a indiqué de son côté, citant un haut responsable du gouvernement fédéral, que Farook était en contact avec plusieurs extrémistes présumés. Il se pourrait, selon la même source, que cet homme d'origine pakistanaise ait communiqué avec au moins une personne surveillée en raison d'un risque terroriste.

Mais les enquêteurs ne disposaient pas de preuves que Farook était lié à un groupe terroriste en particulier. Le FBI, qui dirige désormais l'enquête sur la tuerie, se refuse à parler officiellement de terrorisme mais constate que vu l'arsenal et la préparation minutieuse du couple, ils semblaient "en mission".

"Il est possible que ce soit lié au terrorisme mais nous ne savons pas. Il est aussi possible que ce soit lié au lieu de travail", a commenté le président Barack Obama. Plus de 6.500 cartouches ont été retrouvées dans la maison, la voiture et sur le couple, ainsi qu'une douzaine d'engins explosifs artisanaux.

Les deux tueurs, parents d'un bébé de six mois, avaient loué quelques jours auparavant le 4x4 noir dans lequel ils ont tenté de s'échapper et où ils ont été tués par la police lors d'un échange de plus d'une centaine de tirs.

"Je ne crois pas qu'ils aient enfilé leur équipement paramilitaire et attrapé leurs armes sur un coup de tête", a remarqué Jarrod Burguan, chef de la police de San Bernardino, précisant que les enquêteurs étudiaient des téléphones et des clés USB.

Peu après les attentats du 13 novembre en Ile-de-France, Daech avait publié une vidéo de propagande dans laquelle l'organisation terroriste menaçait les Etats-Unis et notamment les villes de Washington et New York.