Direct- Attaque terroriste à Liège: Benjamin Hartman a agi pour "ses frères syriens et palestiniens"

En direct

Direct- Attaque terroriste à Liège: Benjamin Hartman a agi pour "ses frères syriens et palestiniens"

Publié le :

Mardi 29 Mai 2018 - 11:13

Mise à jour :

Mercredi 30 Mai 2018 - 16:33
Une fusillade a éclaté mardi matin à Liège (est de la Belgique). Le bilan est lourd et la piste terroriste est retenue. Suivez l'évolution de la situation, au lendemain de l'attaque terroriste, en direct avec France-Soir.
© JOHN THYS / AFP
PARTAGER :

La rédaction de France-Soir

-A +A

Une fusillade a éclaté mardi 29 au matin dans les rues de Liège. C'est un homme âgé d'une trentaine d'années qui a ouvert le feu sur le boulevard d'Avroy, en plein centre de la grande ville de l'est de la Belgique et à proximité immédiate d'un lycée. Le bilan est lourd avec trois morts sur place, dont deux policières, et un jeune homme qui passait par là. La veille, le terroriste a également assassiné une quatrième personne dans le village de On, à une cinquantaine de kilomètres de là. 

Au lendemain de l'attaque, dont les autorités affirment qu'elle a été volontairement dirigée contre des policiers, suivez l'évolution de la situation en direct avec France-Soir.

-------------------------

> L'essentiel

- Lors de l'attaque terroriste à Liège, mardi 29 matin, deux policiers (deux femmes) ainsi qu'un passant ont été abattus par l'assaillant qui a ensuite été "neutralisé" . D'autres policiers ont également été blessés.

- L'assaillant aurait agi au cri de "Allah akbar" selon plusieurs sources locales concordantes.

- Peu avant midi, les autorités fédérales ont annoncé avoir réuni suffisamment d'éléments pour privilégier la piste d'un attentat terroriste.

- La veille lundi 28 au soir Benjamin Herman, le tireur, a également assassiné une quatrième personne, Michaël Wilmet, trentenaire qu'il a connu en prison.

-------------------------

> Le direct

> C'est la fin de ce direct, merci de l'avoir suivi. Retrouvez le reste de l'actualité sur FranceSoir.fr.

Mise à jour à 16h32: Alors que le débat s'oriente en Belgique vers la question des permissions de sortie -dont bénéficiait Benjamin Herman-, le président de l’Association francophone des directeurs de prisons, interrogé par Sudinfo, a estimé que "c’est un système humain qui n’est donc pas parfait" mais qui "fonctionne".

Mise à jour à 16h04: De nombreux éléments accréditent la thèse du crime commis au nom du djihad. Toutefois, plus de 24 heures après les faits, aucune revendication n'a encore été faite. Aucune vidéo d'allégeance de l'assaillant n'a, semble-t-il, été retrouvée.

Mise à jour à 15h35: Le témoignage de la femme de ménage prise en otage, recueilli par la RTBF, montre que Benjamin Herman a évoqué l'islam radical. Il l'aurait épargnée car elle est musulmane et lui a dit respecter le ramadan. Il aurait également évoqué la situation en Palestine ou en Syrie: "Il m’a dit de penser à mes frères palestiniens et à mes frères syriens, que c’est pour eux que je devais pleurer".

Mise à jour à 15h02: L'enquête "se concentre actuellement sur la question de savoir si l'assaillant a agi seul", a fait savoir une porte-parole du parquet fédéral belge.

Mise à jour à 14h27: Environ un millier de personnes se sont réunies à l'Espace Tivoli de Liège à la mi-journée pour respecter une minute de silence en hommage à Soraya Belkacemi, Lucile Garcia et Cyril Vangriecken. 

Mise à jour à 13h59: L’Exécutif des musulmans de Belgique (EMB) a condamné ce mercredi 30 l'attentat de Liège. "Quel que soit le motif de l’assaillant au moment de cet acte horrible, il est important que notre société se réunisse autour de ses valeurs, rejette toute violence et confirme de nouveau le vivre ensemble comme base commune".

Mise à jour à 12h50: RTBF a recueilli le témoignage de la femme (voir ici) de ménage prise en otage par Benjamin Herman. Elle décrit un homme qui lui a demandé si elle était musulmane et faisait le ramadan. Face à sa peur, il l'a appelée à "penser à (s)es frères palestiniens et à (s)es frères syriens"

Mise à jour à 11h41: Deux des trois policiers blessés lors de la neutralisation de Benjamin Herman devraient sortir de l'hôpital ce mercredi 30. Le troisième, lui, reste hospitalisé.

Mise à jour à 11h14: [suite de la conférence de presse du parquet fédéral]: Les magistrats n'ont pas encore éclairci une éventuelle complicité ou non dans l'attentat perpétré par Benjamin Herman. Une expertise toxicologique sera en outre mené sur l'assaillant.

Mise à jour à 11h09: [suite de la conférence de presse du parquet fédéral]: Les faits sont qualifiés comme "assassinat terroriste et tentatives d'assassinats terroristes". Benjamin Herman a été en contact en 2016 et 2017 avec des personnes identifées pour leur radicalisation.

Mise à jour à 11h06: [direct de la conférence de presse du parquet fédéral]: Les magistrats confirment les principaux faits avancés mardi 29 sur le déroulement de l'attaque. Ils confirment également que les mots "Allah Akbar" ont bien été prononcés par Benjamin Herman, qui devait regagner sa cellule mardi soir.

Mise à jour à 10h19: Selon Koen Geens, le ministre de la Justice belge interviewé par RTBF, Benjamin Herman purgeait une peine de 12 ans de prison comme multirécidiviste et était libérable en 2020. Il bénéficiait bien d'un congé pénitentaire. Il s'était visiblement converti à l'islam en 2012 mais ne montrait effectivement pas de signe de radicalisation.

Mise à jour à 9h55: Les médias confirment que Michaël Wilmet, tué à coups de marteau dans la nuit du lundi 28 au mardi 29, était bien le codétenu de Benjamin Herman.

Mise à jour à 9h41: En hommage aux trois victimes de Benjamin Herman abattues à Liège, un registre de condoléances sera disponible à l'Hôtel de Ville à partir de 10h. Comme annoncé la veille, une minute de silence sera respectée à 13h.

> Le direct reprend. Suivez avec France-Soir l'évolution de la situation au fil des minutes au lendemain de l'attaque terroriste menée par Benjamin Herman qui a fait un total de quatre morts à Liège et dans la région.

> C'est la fin de ce direct, merci de l'avoir suivi. Retrouvez le reste de l'actualité sur FranceSoir.fr.

Mise à jour à 17h49: Une conférence de presse du parquet fédéral belge, compétent en matière de terrorisme, devrait avoir lieu mercredi 30 à 10h30. Elle devrait revenir sur les premiers éléments de l'enquête.

Mise à jour à 17h28: Au cours d'une brève conférence de presse, le chef de la police liégeoise a rendu hommage aux deux policières assassinés par Benjamin Herman: "Elles avaient respectivement 45 et 53 ans. La dernière a des jumelles de 13 ans, qui étaient déjà orphelines de leur papa, et la première a un grand garçon de 25 ans". 

Mise à jour à 17h14: "Une minute de silence sera organisée à 13h demain pour tous les liégeois et liégeoises qui le souhaiteront", a fait savoir le bourgmestre de la ville. Trois policiers, blessés lors de "la sortie" de l'assaillant, sont toujours hospitalisés.

Mise à jour à 16h57: Selon les informations de la RTBF, Benjamin Herman était fiché depuis 2017 pour radicalisation.

Mise à jour à 16h45: De nombreuses informations restaient sujettes à caution, notamment sur le parcours de l'assaillant, n'ayant pas été confirmées officiellement. Des précisions sont attendues à 17h lors d'une nouvelle conférence de presse à l'hôtel de police de liège. Un troisième point est déjà prévu dès mercredi 30 à 10h30.

Mise à jour à 16h25: Un codétenu affirme à la RTBF que Benjamin Herman se serait radicalisé en prison. Retrouvez ci-après notre portrait du terroriste présumé:

Tuerie de Liège: l'assaillant, Benjamin Herman, radicalisé en prison?

Mise à jour à 15h42: Une perquisition a eu dans la prison où était incarcéré Benjamin Herman. Un Coran et un tapis de prière y ont été retrouvés selon l'édition belge de Paris Match. Les enquêteurs étudient la piste d'une radicalisation en milieu carcéral.

Mise à jour à 15h24: Selon les premiers éléments dévoilés par les médias locaux, l'auteur de la fusillade est présenté comme un délinquant multirécidiviste qui a multiplié les séjours en prison, mais à chaque fois pour des faits de droit commun, sans rapport avec le terrorisme.

Mise à jour à 15h13: Un nouveau point presse des autorités belges est prévu à 17h.

Mise à jour à 14h49: Selon une information de RTL Info, Michael Wilmet, l'homme abattu dans la nuit du lundi 28 au mardi 29 à Marche-en-Famenne serait l'un des complices de Benjamin Herman dans le cadre d'un braquage qui s'est déroulé dans la nuit à Rochefort, la commune dont il est originaire.

Mise à jour à 14h37: Le président de la République Emmanuel Macron a fait part de "la solidarité du peuple français à l'égard du peuple belge", lors de sa conférence presse dans le cadre du sommet sur la Libye.

Mise à jour à 14h32: Plusieurs médias belges évoquent un premier acte commis par Benjamin Herman dans la province de Luxembourg, dans la foulée de sa sortie de prison. Selon Sudinfo.be, c'est justement dans ce secteur, plus précisément à On sur la commune de Marche-en-Famenne qu'un homme a été tué à coups de marteau à son domicile. Toujours selon le journal, la police enquêterait sur un lien possible.

Mise à jour à 14h24: Benjamin Herman, contrairement à une première information, n'était pas en "congé pénitentiare", mais avait eu le droit lundi 28 de sortir quelques heures dans le cadre de la préparation à sa réinsertion.

Mise à jour à 14h16: Selon les informations de plusieurs sources belges, Benjamin Herman était originaire de la ville de Rochefort. Il n'avait cependant plus de contact avec sa famille résidant dans cette commune au sud-ouest de Liège, et son enfance a été décrite par RTBF comme "difficile".

Mise à jour à 14h08: Lors de la conférence de presse, la mise en berne des drapeaux en Belgique a été annoncée. L'établissement scolaire où le terroriste s'ets retranché restera fermé mercredi 30.

Mise à jour à 14h01: Un numéro vert a été mis à disposition des citoyens locaux, qui peuvent appeler le 0800 94 000.

Le point à 13h30

Ce qu'il faut retenir de la première conférence de presse des autorités belges suite à la fusillade de Liège qui s'est tenue à l'instant:

- le caractère "terroriste" est bien retenu et privilégié par les enquêteurs

- les policières ont été délibérément visées par le terroriste puisque celui-ci les a prises "en filature" avant de les attaquer au cutter

- le déroulé des faits: le terroriste a donc suivi les deux policières avant de les attaquer à l'arme blanche. Toutes deux sont mortes. Le tireur a ensuite abattu un jeune homme dans une voiture avec l'arme d'une des policières tuées puis pris en otage une femme de ménage d'un lycée voisin, où il s'est tout d'abord retranché. A l'arrivée des renforts policiers, le terroriste a fait "une sortie" en tirant sur les agents du Peloton anti-banditisme de la police belge. Plusieurs ont été blessés aux jambes. Le terroriste a été abattu.

 

Mise à jour à 13h23: [suite du direct de la conférence de presse de la police]: Une enquête pour "infraction terroriste" a bien été ouverte mais le niveau d'alerte terroriste en Belgique (l'équivalent de Vigipirate en France) n'a pas été relevé.

Mise à jour à 13h19: [suite du direct de la conférence de presse de la police]: L'assaillant s'est ensuite dirigé vers l'établissement scolaire où il a pris une femme de ménage en otage. A l'arrivée des policiers il a "tenté une sortie" en ouvrant le feu sur les forces de l'ordre, blessant plusieurs hommes aux jambes. Il a été abattu.

Mise à jour à 13h18: [direct de la conférence de presse de la police]: Lors du premier point presse suivant les événements, le procureur confirme que l'homme a "pris en filature" les deux policières, armé d'une arme blanche, et a poignardé les deux femmes dans le dos. Il s'est saisi d'une arme de l'un des agents et s'en est servi "sur les policières" qui sont décédées. Il s'est ensuite dirigé à pied vers un véhicule et ouvert le feu son occupant un jeune homme de 22 ans qui est mort.

Mise à jour à 13h00: Selon plusieurs sources, Benjamin Herman était porteur d'une arme blanche avec laquelle il a tué la première policière, ce qui lui aurait permis de dérober son arme et d'ouvrir le feu.

Mise à jour à 12h43: La première conférence de presse de la police de Liège va commencer dans quelques instants, suivez ici le premier point officiel suite à la fusillade de ce matin.

Mise à jour à 12h35: Selon les informations de RTBF, le tireur de Liège s'appelle Benjamin Herman. Agé de 31 ans, il était incarcéré mais est sorti ce lundi 28 en "congé pénitentiaire". Décrit par ses codétenus comme violent et marginal, il avait été condamné pour des faits de droits communs et n'avait aucun antécédant identifié de radicalisme.

Mise à jour à 12h28: Selon une information de La Libre Belgique, le tireur était sorti de prison lundi 28. Le journal accrédite le scénario du contrôle policier qui dérape et finit en tuerie. Cette hypothèse n'a pas été confirmée à ce stade de source officielle.

Mise à jour à 12h22: Le parquet fédéral belge a décidé de se saisir du dossier, suffisamment d'élements laissant entendre que l'attaque de Liège est bien un attentat terroriste.

Mise à jour à 12h19: Les autorités belges restent très prudentes sur les motivations exactes de cette tuerie, le Premier ministre Charles Michel évoquant les faits comme "un incident grave".

Mise à jour à 12h07: Lors de l'intervention policière, qui a permis d'abattre l'assaillant (d'une vingtaine de balles selon les sources locales), les élèves de l'athénée Léonie de Waha étaient soit confinés dans l'établissement soit évacués vers un jardin botanique à proximité. Il a été confirmé qu'aucun élève n'a été blessé.

Mise à jour 12h02: Deux policiers du Peloton anti-banditisme de Liège ont été blessés lors de l'intervention qui a neutralisé le tireur.

Mise à jour à 11h57: Le déroulé exact des faits reste à ce stade encore très flou. Selon les premiers éléments concordants, l'homme a tiré sur deux policiers déclenchant une fusillade aux alentours de 10h30. Les deux agents sont morts. Il aurait ensuite pris, ou tenté de prendre, en otage une femme employée comme agent d'entretien au lycée Athénée Léonie de Waha tout proche. L'intervention des policiers belges, très rapide, a mené à la "neutralisation", c'est-à-dire la mort, du tireur. Un tiers a également été abattu, probablement par une balle perdue, alors qu'il était sur le siège passager d'un véhicule situé à proximité.

Mise à jour à 11h52: Selon plusieurs sources locales, l'assaillant a été abattu devant l'établissement scolaire par les forces de l'ordre, Sudinfo avance que le corps de l'assaillant a été criblé d'une "vingtaines de balles".

Mise à jour 11h43: Selon le grand quotidien belge Le Soir, il s'agirait d'un contrôle policier "de routine" qui aurait mal tourné. L'assaillant serait parvenu à désarmer un policier avant d'ouvrir le feu. Cette thèse n'a pas encore été confirmée officiellement. La RTBF de son côté affirme que la piste terroriste, et donc d'un attentat, serait "privilégiée" par les autorités à ce stade.

Mise à jour à 11h32: L'assaillant a été abattu par les hommes du Peloton Anti-banditisme, le passant mort lors de l'attaque se trouvait dans sa voiture.

Mise à jour à 11h25: Selon La Libre Belgique citant une source policière, le tireur aurait crié "Allah Akbah".

Mise à jour à 11h21: Selon RTBF, la télévision publique belge francophone, un passant a également été tué, ce qui porte le nombre de morts à trois (outre l'assaillant qui a été abattu).

Deux policières et un automobiliste ont été tués, l'enquête se poursuit.

Commentaires

-