Fusillade à Orlando: 50 morts, la piste terroriste se précise

Auteur(s)
La rédaction de FranceSoir.fr
Publié le 12 juin 2016 - 19:12
Image
Le Pulse d'Orlando après la fusillade du 11 juin.
Crédits
©Gerardo Mora/AFP
La fusillade d'Orlando est la plus meurtrière de l'histoire des Etats-Unis.
©Gerardo Mora/AFP
La piste terroriste semble de plus en plus privilégiée suite à la fusillade survenue dans la nuit de samedi à dimanche à Orlando. Des médias américains affirment que le tireur, est un américain d'origine afghane. Le bilan est monté de 20 à 50 morts dans la journée.

Le bilan de la fusillade d'Orlando est monté ce dimanche 12 à 50 morts et 53 blessés, ce qui en fait la pire que les Etats-Unis ont jamais connue. Les premiers éléments de l'enquête semblent accréditer la thèse terroriste bien que celle-ci doivent encore être confirmée.

L'auteur du carnage, a tué lors de l'assaut du SWAT -les forces d'intervention américaines. Son identité n'a pas été dévoilée par les autorités mais plusieurs médias américains affirment qu'il aurait été identifié comme Omar Mateen, un Américain d’origine afghane né en 1986.

Une enquête pour "acte de terrorisme" a été ouverte par le FBI dont un porte-parole a évoqué des "sympathies" que pourraient avoir entretenues l'auteur des coups de feu envers le terrorisme islamiste. Une stratégie de communication qui rompt avec la traditionnel prudence des autorités dans ce genre de situation.

Toutefois, aucun groupe n'a encore revendiqué l'attaque et les autres hypothèses ne sont pas encore écartées, a précisé un membre du bureau fédéral d'investigation, notamment celle d'un crime de haine envers la communauté gay.

C'est en effet dans une boîte de nuit gay très populaire d'Orlando, le Pulse, que l'homme a fait irruption dans la nuit de samedi à dimanche, avant d'ouvrir le feu sur la foule. La situation a par la suite dégénéré en prise d'otages. Plusieurs heures après les premiers coups de feu, le SWAT a lancé l'assaut. Neuf hommes ont été blessés dont un grièvement, tandis que le tireur a été tué. Un scénario qui n'est pas sans rappeler celui du Bataclan.

Lors d'une seconde conférence de presse ce dimanche, les autorités ont affirmé qu'il n'y avait plus de menace pour la sécurité des habitants d'Orlando, saluant la réaction de la communauté. L'état d'urgence a cependant été décrété et un appel à témoin a été lancé par le FBI.

Alors que les circonstances exactes du drame sont encore loin d'être établies se pose déjà la question de leur impact aux Etats-Unis. Outre la question récurrente du port d'armes, une attaque d'une telle ampleur pourrait avoir un impact sur la campagne présidentielle américaine en cours.

"Nos pensées et prière vont aux familles et proches des victimes" a fait savoir la Maison-Blanche, précisant que le président Obama avait de mandé à être régulièrement mis au courant de l'évolution de l'enquête.

François Hollande a quant à lui exprimé "le plein soutien de la France au peuple américain" face à "l'horreur" de cette fusillade.

À LIRE AUSSI

Image
fusillade san bernardino
Fusillade de San Bernardino: des liens avec Daech et Al-Qaïda
Selon plusieurs médias américains, Syed Farook et sa femme Tashfeen Malik, auteurs présumés du massacre de San Bernardino, auraient eu des contacts avec Daech et Al-Qa...
04 décembre 2015 - 19:21
Société