Gard: le chauffeur de bus "en retard" refuse un handicapé en fauteuil roulant

Auteur(s)
La rédaction de France-Soir
Publié le 29 janvier 2019 - 15:51
Image
La chambre civile du TGI de Toulouse a examiné jeudi la requête pour "discrimination" d'un étudiant en fauteuil roulant atteint du "syndrome de Little" qui estime que les trains ne sont pas adaptés au
Crédits
© Kenzo TRIBOUILLARD / AFP/Archives
Un jeune homme de 28 ans, handicapé en fauteuil roulant, s'est vu refusé l'accès à un bus au Grau-du-Roi.
© Kenzo TRIBOUILLARD / AFP/Archives

Un jeune homme de 28 ans, handicapé en fauteuil roulant, s'est vu refusé l'accès à un bus au Grau-du-Roi mi-janvier. Le chauffeur incriminé a estimé qu'il n'avait pas le temps de le prendre en charge.

Le chauffeur de bus a justifié soin comportement en expliquant être "en retard". Amaury Martin, un jeune homme de 28 ans, handicapé en fauteuil roulant, n'a pas pu monter dans un bus au Grau-du-Roi dans le Gard, le 20 janvier dernier. Outré par le refus du chauffeur, il a demandé à être reçu par le président de la République.

Selon France Bleu Gard Lozère, qui rapporte l'information, le chauffeur incriminé a estimé qu'il n'avait pas le temps de le prendre en charge. "Il a dit que le bus n'était pas accessible pour les personnes handicapées. C'est faux car il y avait le logo «Accessibilité handicapé» sur une des portes du bus. Le bus pouvait s'abaisser avec des vérins hydraulique. Le chauffeur n'a pas voulu le faire car il était en retard de quinze minutes", a raconté Amaury Martin auprès de la radio.

Lire aussi - Les passagers d'un bus obligés de descendre pour laisser monter un handicapé

Rentré en taxi, financé par la mairie du Grau-du-Roi, cet habitant du Vaucluse attend des excuses du chauffeur mais surtout il veut qu'il prenne conscience de son erreur. Il lui demande désormais "qu'il prenne le temps d'accueillir à bord du bus les personnes à mobilité réduite".

Le jeune homme a déposé plainte et alerté les députés car ce "n'est pas la première fois que ça arrive. Là, c'est stop. Ca me donne la force de casser les portes pour rencontrer prochainement le président de la République".

De son côté, la région Occitanie a présenté ses excuses à Amaury et sa famille. Selon l'élu en charge de la mobilité, Jean-Luc Gibelin, il s'agit d'une erreur. "L'autocollant n'aurait pas dû être installé sur ce bus, car l'autocar n'était pas habilité pour transporter des personnes à mobilité réduite", a assuré l'élu. 

Voir:

Loi Elan: après avoir enfariné Adrien Taquet une association d'handicapés réfute "toute violence"

Une nourrice frappe une enfant handicapée, elle avait souillé sa couche

La colère de Ruffin après le rejet d'une loi sur les enfants handicapés (vidéo)