Gers: une adolescente handicapée violée à la piscine de Condom

Gers: une adolescente handicapée violée à la piscine de Condom

Publié le :

Jeudi 12 Juillet 2018 - 09:30

Mise à jour :

Jeudi 12 Juillet 2018 - 09:45
Un homme a été mis en examen suite au viol d'une handicapée mentale de 16 ans à la piscine de Condom, dans le Gers. Il aurait agressé la jeune fille dans une cabine de douche avant d'être mis en fuite par d'autres baigneurs.
©Flickr/Creative Commons
PARTAGER :

La rédaction de France-Soir

-A +A

Les faits remontent au 1er juillet et le violeur présumé d'une jeune fille de 16 ans aurait été appréhendé trois jours plus tard puis mis en examen. L'homme est suspecté d'avoir sexuellement agressé l'adolescente qui souffre d'un déficit mental et est inscrite en institut médico-éducatif.

L'agression a eu lieu à la piscine de Condom, dans le Gers, rapportait mercredi 11 La Dépêche du Midi. La jeune fille et son frère y avaient été déposés par leur père. L'homme, un travailleur saisonnier, aurait d'abord abordé la victime dans le bassin, lui demandant notamment des renseignements sur son adresse ou son école. C'est là que les premiers attouchements auraient eu lieu.

Probablement pas consciente de la gravité de la situation, l'adolescente aurait ensuite accepté de suivre l'individu dans les vestiaires. Celui-ci l'aurait alors agressée dans une cabine de douche. Mais les cris de la victime ont alerté plusieurs personnes qui ont forcé l'entrée de la cabine. L'homme est cependant parvenu à s'échapper. Mais les enquêteurs l'ont rapidement identifié et retrouvé grâce notamment aux images de vidéosurveillance.

Lire aussi: Femme de 74 ans violée par un pêcheur: un homme de 21 ans mis en examen

L'enquête d'abord ouverte pour agression sexuelle sur mineur a été requalifiée en viol, notamment au regard des examens médicaux menés sur la victime tout de suite après l'agression.

La loi prévoit 20 ans de réclusion criminelle au lieu de 15 lorsque le viol est commis sur un mineur de 15 ans, ce qui ne concerne donc pas cette affaire. Mais les textes reconnaissent également comme circonstance aggravante le fait que la victime "sur une personne dont la particulière vulnérabilité, due à son âge, à une maladie, à une infirmité, à une déficience physique ou psychique ou à un état de grossesse", mais seulement si cette déficience est "apparente ou connue de l'auteur".

L'homme aurait agressé l'adolescente dans la piscine puis dans les vestiaires.


Commentaires

-