Gironde: non aujourd'hui il n'est pas nécessaire de faire opposition pour refuser une aide de la CAF

Gironde: non aujourd'hui il n'est pas nécessaire de faire opposition pour refuser une aide de la CAF

Publié le :

Mardi 10 Octobre 2017 - 17:08

Mise à jour :

Mardi 10 Octobre 2017 - 17:14
En Gironde, un père de 46 ans défraye la chronique depuis lundi et son témoignage sur BFMTV dans lequel il assure avoir fait opposition à une aide de la CAF, qu'il percevait pour sa fille. Mais les faits remontent à 7 ans. Contactée par "France-Soir", la CAF de Gironde a tenu à apporter des précisions, à la fois sur la démarche à suivre pour refuser une aide ainsi que sur la situation de cet homme.
© PHILIPPE HUGUEN / AFP/Archives
PARTAGER :
-A +A

Les allocations familiales sont plus que jamais au cœur d'une réflexion gouvernementale. Le ministre de l'Economie Bruno Le Maire s'est par exemple prononcé en faveur de la suppression de cette aide pour les revenus les plus élevés. "Je ne suis pas fermé à cette idée, à une condition importante, c'est qu'on ne se contente pas d'une mesure ponctuelle", avait-il notamment déclaré mardi 3.

Si le sujet est revenu sur le devant de la scène ce mardi 10, c'est parce que l'histoire d'un père de famille de 46 ans, originaire de Gironde, a fait le buzz. Cet homme, parent de deux enfants, mais étant séparé de la mère de l'un d'eux (qui n'est donc pas rattaché à son foyer fiscal), a raconté à BFM avoir été obligé de faire opposition à une aide de la CAF, qui s'élevait à 117 euros, dont il n'avait pas besoin, étant donné qu'il gagne environ 6.500 euros par mois.

"On a demandé si c'était sous conditions de ressources, et pas du tout, c'était pour tout le monde. On a trouvé cela complètement indécent, alors qu'on a un train de vie qui est cinq ou six fois supérieur à n'importe quelle personne qui a un enfant, mais qui est au Smic", a-t-il notamment expliqué.

Mais dans la première version de l'article, certains détails ont été omis. Contactées par France-Soir, la Caisse d'allocation familiale a précisé que cette histoire remonte à sept ans et que, de plus, cet homme a deux enfants. Son premier étant en garde alternée entre le domicile de ce père et de son ex-compagne. Des éléments confirmés à France-Soir par la CAF de Gironde pour qui l'opposition au virement de l'allocation est impossible: "Il suffit simplement d'envoyer un courrier pour que le versement soit interrompu".

Le témoin a aussi confié s'être rendu compte que ces 117 euros étaient perçus qu'au moment où sa fille (son deuxième enfant donc) est entrée à l'école. La CAF a tenu à préciser à ce sujet qu'une "demande écrite avait forcément été formulée pour en bénéficier".

En parallèle de ces explications, la CAF de Gironde a aussi rédigé un communiqué de presse pour rectifier le montant de cette allocation familiale, "qui n'a jamais été attribuée dès le premier enfant". "Pour deux enfants à charge, le montant varie de 129,86 euros au maximum, à 32,47 euros au minimum". A noter aussi qu'en cas de garde partagée, cette somme peut être répartie entre le foyer de la mère et celui du père.

La CAF a tenu à préciser que, même si les faits remontent à sept ans, une demande d'aide a forcément été formulée.


Commentaires

-