Grand-Quevilly: une collégienne se donne la mort, la piste du harcèlement aux "photos volées" étudiée par les enquêteurs

Grand-Quevilly: une collégienne se donne la mort, la piste du harcèlement aux "photos volées" étudiée par les enquêteurs

Publié le :

Mardi 14 Mars 2017 - 07:23

Mise à jour :

Mardi 14 Mars 2017 - 07:27
©Capture d'écran Google Maps
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Orlane, scolarisée en classe de 4e, a choisi d'en finir dans la soirée de vendredi, en se jetant dans le vide depuis son appartement du septième étage. Les enquêteurs cherchent à savoir pourquoi. La piste privilégiée –mais pas encore confirmée– serait celle du harceleur menaçant de publier des photos compromettantes de la jeune fille.

C'est un établissement scolaire sous le choc qui a appris l'insoutenable nouvelle. Orlane, une élève en classe de 4e au collège Edouard Branly dans le commune de Grand-Quevilly, non loin de Rouen en Seine-Maritime s'est donnée la mort vendredi 10 mars. L'adolescente a choisi d'en finir en se jetant dans la soirée par la fenêtre de son appartement, situé au septième étage d'un immeuble. La malheureuse est morte de ses blessures dans la nuit du vendredi au samedi.

La nouvelle de la mort de la jeune fille, visiblement très appréciée, a fait le tour des réseaux sociaux, et ce sont des adolescents connaissant quasiment tous la funeste nouvelle qui se sont retrouvés en classe, dans la stupeur, lundi 13.

Le rectorat a mis en place une cellule psychologique dans cet établissement qui avait déjà été touché en 2013 par le suicide d'un élève de 14 ans, qui avait sauté du quinzième étage d'un immeuble.

Outre le terrible événement, c'est les causes apparentes motivant le suicide qui jettent le trouble. Orane aurait mis fin à ses jours pour ne pas affronter la publication de photos gênantes après avoir été harcelée par une personne encore inconnue qui menaçait de dévoiler les clichés. Le journal Normandie-actu évoque des "appels ou des messages" reçus par le jeune fille, annonçant que seront rendus publics des contenus compromettants. L'enquête devra déterminer l'exactitude ou non de cette piste, et plusieurs auditions ont déjà été effectuées a confirmé le procureur de la République de Rouen.

Si la piste s'avérait exacte, la mort d'Orlane serait un nom de plus sur la liste des victimes de ce phénomène en pleine ascension, celui du chantage à la publication de photos volées ou extorquées à de jeunes personnes. Depuis le début de l'année, c'est au moins le troisième suicide d'adolescent motivé par du harcèlement, si du moins la piste se confirme.

La collégienne était scolarisée dans un collège à proximité de son domicile.

Sur le même sujet, la rédaction vous propose:


Commentaires

-