Pour tabasser un autre détenu, les prisonniers abattent 7 murs

Pour tabasser un autre détenu, les prisonniers abattent 7 murs

Publié le :

Jeudi 17 Mai 2018 - 10:53

Mise à jour :

Jeudi 17 Mai 2018 - 11:08
© Philippe HUGUEN / AFP
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Menacé, un détenu à été passé à tabac par d'autres codétenus qui ont abattu plusieurs murs de la prison de Grasse pour l'atteindre. Deux enquêtes ont été ouvertes.

Pour aller tabasser un autre détenu, sept prisonniers mineurs n'ont pas attendu l'heure de la promenade ou le passage aux douches. Leur mode opératoire est bien plus spectaculaire et inquiétant. En effet, ces derniers ont abattu pas moins de sept murs de la prison afin de passer de cellule en cellule pour régler leurs comptes.

Selon France Bleu Azur qui révèle l'information, les faits se sont déroulés à la prison de Grasse et dans la nuit du jeudi 10 au mercredi 11. Ce sont les gardiens qui ont découvert au matin la victime avec le visage tuméfié. Elle s'en sort heureusement avec des simples points de suture à l'arcade sourcilière. Les surveillants savaient la victime menacée pour des raisons que l'on ignore et ils ne l'envoyaient pas à la promenade avec les autres.

Lire - Prison de Fleury-Mérogis: un surveillant agressé à coups de poing par un détenu

"Le service du matin a trouvé le mineur sur son lit, le visage tuméfié et il y avait un trou énorme dans le mur qui le séparait de la cellule d'à côté. Ils se sont aperçus que les murs avaient été perforés sur les huit cellules voisines", a souligné une source policière à Europe 1.

"Le premier à avoir creusé s'est aidé d'un poteau de douche préalablement descellé pour ramper dans la cellule suivante et ainsi de suite. Les murs n'étaient pas solides, on s'est aperçu, dix centimètres de parpaing", a-t-elle fait savoir. Des trous jusqu'à 1m80 de haut ont ainsi été formés dans les murs. Les détenus auraient "travaillé" entre les rondes des gardiens qui n'ont rien entendu.

Deux enquêtes distinctes ont été ouvertes après cette agression, une administrative et une judiciaire afin de faire toute la lumière sur les circonstances de ce fait divers.

Sept prisonniers mineurs ont creusé des trous à travers huit cellules pour en découdre avec un autre détenu de 17 ans.

Commentaires

-