Grenoble: le plus dur commence pour la patiente qui s'est fait réimplanter ses deux bras

Grenoble: le plus dur commence pour la patiente qui s'est fait réimplanter ses deux bras

Publié le :

Vendredi 25 Août 2017 - 12:54

Mise à jour :

Vendredi 25 Août 2017 - 13:03
La jeune femme de 30 ans, qui s'était fait sectionner les deux bras par un train après une chute en gare de Chambéry le 14 août dernier, entame une longue rééducation, suite à la réimplantation de ses deux membres. Les chirurgiens du CHU de Grenoble Alpes, qui se sont occupés d'elle, ont expliqué que la rapidité de l'intervention permet d'espérer une meilleure "récupération fonctionnelle" qui sera cependant "imparfaite à cause des lésions".
©Capture d'écran Google Street View
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

La jeune femme de 30 ans qui a été amputée des deux bras lundi 14, après une chute en gare de Chambéry, a été opérée le jour même par deux équipes de chirurgiens du CHU de Grenoble Alpes, spécialisées dans la chirurgie de la main et du membre supérieur. Elle entame désormais un long processus de rééducation qui devrait lui permettre de récupérer la fonctionnalité de ses deux bras, qui lui ont été réimplantés.

Les Dr Mickael Bouyer et Billy Chedal Bornu, assistant chef de chirurgie de la main au CHUGA, accompagnés du Dr Denis Corcella, chef de service chirurgie de la main, ont expliqué lors d'une conférence de presse, diffusée en direct sur Facebook ce vendredi 25, que le succès de l'opération a été rendu possible grâce à la rapidité de l'intervention, à la bonne conservation des deux bras et surtout à la coordination entre le Samu et les équipes du CHU.

"C'est valable dans le cadre de tous les traumatismes d'amputation où il faut une parfaite coordination entre les services du Samu et les centres spécialisés de chirurgie réparatrice de la main, pour diminuer au maximum le délai entre le traumatisme et l'intervention", a ainsi déclaré le Dr Denis Corcella.

Si les trois chirurgiens ont décrit l'opération, qui a mobilisé deux équipes sur chaque bras et en simultané, "relativement simple", ils ont aussi détaillé les risques pour la patiente au cours de l'intervention. "Il y a un risque vital pour la patiente", a expliqué le Dr Mickael Bouyer, "à cause du syndrôme d'ischémie/reperfusion qui est multiplié par deux dans ce cas  puisque les deux membres ont été amputés".

Ce syndrome, dans les opérations de réimplantation, regroupe tous les risques d'œdème tissulaire et autres conséquences dues à la recirculation brutale sur un membre ischémique (qui a subi un arrêt de circulation artérielle, à cause d'une amputation par exemple).

Mais tout va désormais dépendre pour cette patiente, dont l'identité a été gardée secrète, de la "récupération fonctionnelle qui restera imparfaite à cause des lésions subies". Récupération qui sera sans doute plus grande grâce à son âge relativement jeune. Une longue rééducation sera nécessaire, et de nouvelles opérations possibles dans le futur.

En revanche, puisqu'il s'agit d'une réimplantation et non d'une greffe, la jeune femme ne subira pas de phénomène de rejet. "C'est le corps de la patiente", il n'y a donc pas de risque à ce niveau-là.

La jeune femme amputée des deux bras a été opérée par deux équipes de chirurgiens spécialisés dans la chirurgie de la main et du membre supérieur du CHU de Grenoble Alpes.


Commentaires

-