Hauts-de-Seine: expulsée car elle crie trop fort quand son compagnon la frappe

(In)justice

Hauts-de-Seine: expulsée car elle crie trop fort quand son compagnon la frappe

Publié le :

Lundi 13 Août 2018 - 10:51

Mise à jour :

Lundi 13 Août 2018 - 10:58
Le tribunal d'instance de Colombes a validé une ordonnance d'expulsion de son logement contre une mère de famille, battue par son compagnon, qui faisait trop de bruit lors des scènes de violences conjugales. La victime a évidemment fait appel de cette décision de justice invraisemblable.
© LOIC VENANCE / AFP/Archives
PARTAGER :

La rédaction de France-Soir

-A +A

Une femme de 37 ans résidant à La Garenne-Colombes (Hauts-de-Seine) est contrainte par la justice de quitter son logement HLM. Le tort de cette mère de deux fillettes est d'avoir fait trop de bruit… quand son compagnon la frappait.

Son avocat a indiqué qu'elle faisait appel de cette décision invraisemblable du tribunal d'instance de Colombes. Mais si la procédure n'aboutit pas, la victime de violences conjugales répétées et ses deux enfants devront libérer l'appartement d'ici le 12 septembre.

Selon les faits rapportés par Le Parisien, ce sont les voisins qui ont rapporté les cris incessants de cette mère de famille, qui était battue par son compagnon.

Ces mêmes voisins, au lieu d'avertir la police pour venir en aide à cette femme, prénommée Elodie, ont signalé des "troubles" au bailleur social (le groupe 3F).

Lire aussi: mort d'une femme battue au Brésil, le drame filmé en partie

"Personne ne venait me voir", a confié la trentenaire lors de l'audience, mais cela n'a pas ému le juge, qui a prononcé l'ordonnance d'expulsion.

D'ailleurs, selon lui, le fait qu'elle ait portée plainte pour violences conjugales contre son compagnon (qui avait été placé en garde à vue fin mars et ne vit plus sous le même toit depuis) "ne fait que corroborer les troubles".

"Le juge décrit une situation de véritable souffrance mais n’en tire aucune conséquence. Il aurait pu agir avec humanité…", a souligné l'avocate de la victime auprès du Parisien.

Pas le moins du monde choqué par cette décision de justice, et même plutôt satisfait de cette dernière, le bailleur social a assuré comprendre la détresse de cette mère de famille, et travailler à une solution de relogement.

Et aussi:

La Nouvelle-Zélande crée un congé payé spécifique pour les victimes de violences conjugales

Violences conjugales: l'ex-compagne d'un footballeur professionnel témoigne

Violences conjugales: elle est battue pendant 56 ans, son mari condamné

Une mère de famille de 37 ans a été expulsée de son logement, sur décision de justice, car elle faisait trop de bruit quand son compagnon la frappait.

Commentaires

-