Hérault: une femme contrainte d'ingurgiter des excréments, violée et frappée pendant huit ans, son compagnon devant la justice

Hérault: une femme contrainte d'ingurgiter des excréments, violée et frappée pendant huit ans, son compagnon devant la justice

Publié le :

Lundi 15 Mai 2017 - 15:13

Mise à jour :

Lundi 15 Mai 2017 - 15:36
© MIGUEL MEDINA / AFP/Archives
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Un homme est jugé à partir de ce lundi à la cour d'assises de Montpellier. Il est accusé d'avoir maltraité sa femme physiquement et psychologiquement pendant huit ans. Brûlée, frappée et humiliée régulièrement, la femme -victime du syndrome de Stockholm- n'avait jamais porté plainte ni alerté ses proches.

Un homme âgé de 33 ans est jugé ce lundi 15 à la cour d'assises de Montpellier dans l'Hérault. Il est accusé d'avoir fait vivre un enfer à sa compagne durant huit ans. Maltraitée physiquement et psychologiquement toutes ces années, la femme n'avait jamais alerté la police ni ses proches de ce qu'elle endurait. 

Le couple s'était rencontré à l'âge de 16 ans et avait rapidement eu des enfants. Mais dès 2006, la femme aurait été victime des coups violents de son mari. Celui-ci l'accusait de se prostituer afin de s'acheter de la cocaïne.

Les proches ont averti la gendarmerie de Pézenas, où le couple résidait en 2013. Les enquêteurs ont alors découvert une victime qui n'était que l'ombre d'elle-même: couverte de traces de brûlures et de coups, la lèvre entaillée au cutter et ayant perdu l'usage de son oreille gauche.

"Ma mère n'était plus une femme mais un punching-ball", a expliqué à BFMTV sa fille de 16 ans, qui vivait avec ses parents dans une grande détresse sociale. La victime, qui était violée et giflée par son mari chaque matin, a expliqué aux enquêteurs être en plus obligée d'ingurgiter les excréments et les urines de son compagnon.

Son bourreau présumé n'a jamais avoué les faits et sera jugé à partir de ce lundi jusqu'à jeudi 18. Les experts médicaux, qui ont pu parler à la jeune femme, ont décelé qu'elle avait développé un syndrome de Stockholm: après une longue captivité, elle a, au fil du temps, commencé à ressentir des sentiments positifs envers son ravisseur.

Le bourreau de cette mère de famille sera jugé jusqu'au jeudi 18 mai.


Commentaires

-