Homme empalé sur un poteau et diffusion des vidéos: deux enquêtes ouvertes

Homme empalé sur un poteau et diffusion des vidéos: deux enquêtes ouvertes

Publié le :

Mardi 09 Octobre 2018 - 15:09

Mise à jour :

Mardi 09 Octobre 2018 - 15:24
© JACQUES DEMARTHON / AFP/Archives
PARTAGER :

La rédaction de France-Soir

-A +A

Des photos et vidéos d'un homme s'empalant sur un poteau à Paris ainsi que l'intervention des secours ont été diffusées sur les réseaux sociaux. Deux enquêtes ont été ouvertes par l'IGPN et l'AP-HP afin d'identifier les personnes à l'origine de ces fuites.

Un homme est mort à Paris après avoir chuté de plusieurs étages et s'être empalé sur un poteau. Les secours ont été contraints de sectionner l'objet afin de le transporter à l'hôpital et qu'il y soit opéré. Mais malgré cette intervention exceptionnelle, il n'a pas survécu.

Depuis plusieurs jours, la vidéo -choquante- de l'accident a circulé sur les réseaux sociaux, ainsi que des photos. Des images sur lesquelles on peut apercevoir le logo de la Préfecture de police. Ce qui, ajouté à l'angle de prise de vue, ne laisse guère de doute sur le fait qu'elle provient de la vidéosurveillance et aurait donc été communiquée par un membre de son personnel.

Voir: Vidéo d'un viol à Toulouse: la victime retrouvée, les auteurs recherchés

Une autre vidéo, tournée à l'hôpital, montre l'extraction du poteau par le personnel médical sous les exclamations et devant d'autres personnes qui filment également la scène. Sur les réseaux sociaux, ces images, dont certaines montrent le visage de la victime, ont suscité de nombreux commentaires indignés.

Deux enquêtes internes ont été ouvertes pour identifier les personnes à l'origine de leur diffusion. L'une par l'IGPN (Inspection générale des services, la "police des polices") et donc concernant la vidéo de la chute. La seconde au sein de l’Assistance publique - hôpitaux de Paris (AP-HP) concernant les images de l'intervention.

"On ne doit pas filmer un patient, on ne doit pas filmer à l’hôpital", a regretté l'AP-HB interrogée par Libération. Selon le quotidien, ces images auraient été tournées à l'hôpital Beaujon.

Outre la violation du secret professionnel, les personnes qui ont diffusé ces images pourraient faire l'objet d'une plainte pour atteinte à la vie privée.

Lire aussi:

Vidéo d'une femme battue à coups de ceinture: des internautes cherchent à identifier les auteurs

Réseaux sociaux et contenus répréhensibles: que peut-on partager, liker, retweeter

Une vidéo montrant l'incident affiche le logo de la Préfecture de police de Paris.

Commentaires

-