Homme scalpé à la machette à Paris: un règlement de comptes entre Sri Lankais?

Homme scalpé à la machette à Paris: un règlement de comptes entre Sri Lankais?

Publié le :

Mardi 06 Mars 2018 - 11:24

Mise à jour :

Mardi 06 Mars 2018 - 12:00
© VALERY HACHE / AFP/Archives
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

La piste d'un règlement de comptes entre membres de la communauté sri lankaise serait privilégiée dans l'affaire de l'homme qui a été scalpé et eu les bras coupés à la machette, lundi à Paris. Les faits ont en effet eu lieu dan un quartier abritant de nombreux commerces liés à ce pays longtemps déchiré par la guerre civile entre Tamouls et Cingalais.

Les faits sont d'une rare violence et évoquent clairement un règlement de comptes. Un homme de 35 ans a été scalpé dans un restaurant parisien du 10e arrondissement par deux hommes cagoulés visiblement venus pour lui. Il a également été gravement blessé aux deux bras. Selon RTL, il aurait eu un bras coupé ainsi que la main qui lui restait, mais Le Point évoque des membres "largement entaillés".

Selon une source citée par l'hebdomadaire "cette terrible agression pourrait s'inscrire dans le cadre d'un règlement de comptes dans la communauté sri lankaise". La rue de Cail est en effet un petit morceau du sous continent indien près de la Gare du Nord. Sur 150 mètres et une cinquantaine d'adresses, on y recense une douzaine de restaurants indiens et/ou sri lankais et autant de commerces divers proposant des services ou produits à destination de cette communauté.

Voir aussi: Paris - scalpé et mutilé à la machette dans un restaurant

Mais outre cette situation géographique, les premiers éléments révélés évoquent une victime mais aussi des bourreaux d'origine sri lankaise. Une communauté qui avait connu en 2011 une affaire du même type. Un Sri Lankais de 26 ans avait eu les deux mains coupées à La Courneuve et été pratiquement décapité sur fond de tensions avec la communauté tamoule.

Le Sri Lanka est en effet un pays marqué par les conflits entre cette minorité et la majorité cingalaise. Le pays a connu 26 ans de guerre civile entre 1983 et 2009.

Il était cependant trop tôt moins de 24 heures après les faits pour dire que cette agression était liée à de telles considérations, d'autant plus que l'origine des bourreaux ne pourra être confirmée que lors de leur arrestation.

Une rixe au couteau avait déjà eu lieu à Paris aux Halles entre personnes originaires du Sri Lanka fin février, faisant cinq blessés, mais tous les belligérants auraient alors appartenu à la même communauté tamoule.

La piste d'un règlement de comptes au sein de la communauté sri lankaise serait privilégiée dans l'affaire de l'homme scalpé à la machette à Paris.


Commentaires

-