Il battait, humiliait et mordait la petite fille: le calvaire d'une enfant à la barre

Maltraitance

Il battait, humiliait et mordait la petite fille: le calvaire d'une enfant à la barre

Publié le :

Vendredi 06 Juillet 2018 - 11:31

Mise à jour :

Vendredi 06 Juillet 2018 - 11:35
Mercredi, un homme de 40 ans était jugé à Amiens pour avoir brutalisé pendant de longues années la fille de sa compagne. L'enfant subissait des violences physiques cachées par du maquillage quand elle se rendait à l'école.
© Brendan Smialowski / AFP/Archives
PARTAGER :

La rédaction de France-Soir

-A +A

Elle a dû subir des actes de violence pendant quatre ans. Mercredi 4, un homme de 40 ans habitant à Amiens (Somme) a été condamné pour maltraitance sur sa belle-fille entre l'âge de six et de dix ans, comme le rapporte le journal Le Courrier picard.

A la barre, ce sont des violences quasi-quotidiennes qui ont été décrites sur l'enfant qui arrivait à l'école maquillée pour cacher ses blessures. Des hématomes, des traces de coups et même… des morsures, autant de sévices justifiés sur un carnet de correspondance par des "chutes de vélo" et autres excuses imaginaires.

Le personnel enseignant a rapidement compris ce qu'il se jouait derrière la porte du foyer de cette famille recomposée. Mais les services sociaux mettront quatre ans à s'emparer de l'affaire.

Lire aussi: Une petite fille torturée, brûlée et défigurée: le rituel vaudou sombre dans l'horreur

Le témoignage auprès des services sociaux de la fillette sur son beau-père, Kamel Makhloufa, sont glaçants de méchanceté: "Il me frappe même devant mon petit frère. Je ne dois rien dire car j’ai très peur. Je porte des manches longues et je ne vais même plus à la cantine pour ne pas qu’on voie mes bleus. Il me prive aussi de céréales le matin. Il me traite de grosse vache et de conne".

A la barre, le beau-père indigne se confondra en excuses et en sanglots. La mère, elle, considérée comme étant sous l'emprise de son compagnon, elle n'a pas été poursuivie. Le père biologique de la fillette, lui, n'est pas connu.

Les juges ont visiblement été sensibles à la défense du suspect qui avait, en outre, un casier judiciaire vierge. Il a été condamné à 20 mois de prison dont huit ferme et devrait donc échapper à l'incarcération.

Le beau-père violent a été condamné.

Commentaires

-