Il étrangle sa victime et envoie une photo sur WhatsApp à un ami

Glauque

Il étrangle sa victime et envoie une photo sur WhatsApp à un ami

Publié le :

Lundi 16 Avril 2018 - 16:55

Mise à jour :

Lundi 16 Avril 2018 - 17:06
En Belgique, mercredi, un homme a reçu sur l'application de messagerie WhatsApp la photo d'un cadavre emballé. La police prévenue, cette dernière n'a eu guère de mal à arrêter l'auteur des faits.
© NICOLAS ASFOURI / AFP/Archives
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Il a reçu une alerte indiquant la réception d'un nouveau message sur son application WhatsApp. C'est la photo d'un cadavre qu'il a découvert de ses yeux sur l'écran de son mobile. Selon le journal belge La Dernière heure, un homme a reçu cette photo macabre pour une raison mal définie dans la nuit du 11 avril dernier. Horrifié par la vision d'un cadavre, il décide de prévenir la police qui se rend au domicile de l'envoyeur, un homme de 32 ans habitant à Woluwe-Saint-Pierre, à l'est de Bruxelles.

Là, les autorités locales interrogent le trentenaire qui reconnaît l'envoi de la photo mais parle d'une plaisanterie pour effrayer le destinataire de l'image. Les policiers vont néanmoins fouiller l'appartement et découvrir sans difficulté un corps emballé reposant dans la baignoire du domicile. La malheureuse victime était morte depuis peu. Le suspect est immédiatement arrêté.

Voir aussi: Il étrangle à mort sa mère et sort de prison onze mois plus tard

D'après les premiers éléments de l'enquête, la victime est un collègue de travail du meurtrier et les deux hommes ont passé ensemble une soirée arrosée avant de se retrouver au domicile du suspect. Pour une raison encore floue une dispute aurait éclaté se terminant par la mort de la victime, qui, selon des sources de presse locale s'appelle Hakim Menhal.

Le meurtrier est inconnu des services de police. Il aurait visiblement étranglé sa victime. L'homme n'a pas nié son implication dans la mort de la victime et a été placé en détention.

L'homme a reçu la photo du cadavre de la victime sur l'application WhatsApp.

Commentaires

-