Il menace ses voisins au katana car leurs ébats sexuels étaient trop bruyants

Calvados

Il menace ses voisins au katana car leurs ébats sexuels étaient trop bruyants

Publié le :

Mercredi 30 Mai 2018 - 10:29

Mise à jour :

Mercredi 30 Mai 2018 - 10:34
Un père de famille de 31 ans, qui avait menacé sa voisine avec un katana, a été condamné à dix mois de prison avec sursis, mercredi à Caen. La dispute avait éclaté pour des ébats amoureux jugés trop bruyants.
©TOSHIFUMI KITAMURA / AFP
PARTAGER :

La rédaction de France-Soir

-A +A

L'affaire n'est pas banale. Un père de famille réunionnais comparaissait mercredi 23 devant le tribunal correctionnel de Caen pour avoir menacé ses voisins avec une arme blanche, un sabre japonais en l'occurrence. Motif? Les ébats amoureux du couple, qu'il jugeait trop bruyants, empêchaient sa fille de dormir.

Comme le rapporte le site Actu.fr, les faits se sont déroulés en janvier dernier à Vire-Normandie. A la barre, le père de famille a expliqué qu'il avait prévenu sa voisine quelques jours avant les faits, lui expliquant que son épouse allait bientôt revenir chez eux avec son nourrisson, né prématuré. Il lui a donc demandé de limiter le volume de l'expression de son plaisir.

Lire aussi - Bretagne: un apéro entre voisins vire au drame, une femme reçoit plusieurs coups de sabre 

Mais la victime, n’a, semble-t-il, pas tenu compte de sa demande et peu après le retour des jeunes parents, les puissantes vocalises sont reparties de plus belle. Le prévenu s'est donc présenté à l'appartement du couple en plein ébats, a frappé à leur porte et les a insulté. Les deux amants sont sortis et la dispute a dégénéré au point que le père de famille est remonté dans son appartement pour se saisir d'un katana et l’a brandi en direction de sa voisine et de son compagnon.

La présidente du tribunal a souligné au père de famille que "vous les avez menacés de leur couper la tête". Ce dernier l'a d'ailleurs confirmé. Son avocat a expliqué que selon lui, la victime aurait délibérément forcé sur les décibels pour le pousser à bout, "une provocation assumée".

La procureure de la République a requis huit mois de prison, dont quatre avec sursis, à l’encontre du trentenaire contre le prévenu, déjà condamné à huit reprises et en détention pour délit de fuite et conduite sans permis.

Le verdict a toutefois été plus clément, le père de famille a été condamné à 10 mois de prisons avec sursis, d’une mise à l’épreuve de deux ans dès sa sortie de prison, prévue le 7 juillet prochain ainsi que de l’obligation de se soigner. Il s'est vu également notifier une interdiction de détenir une arme.

 

Le père de famille a menacé ses voisins avec un sabre japonais.

Commentaires

-