Il propose de payer son amende SNCF contre faveurs sexuelles

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

Il propose de payer son amende SNCF contre faveurs sexuelles

Publié le 05/08/2019 à 13:55 - Mise à jour à 14:18
© PHILIPPE HUGUEN / AFP/Archives
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de France-Soir

-A +A

Un homme d'une trentaine d'années a été interpellé dimanche à Angers après avoir proposé à une mineure une relation sexuelle en échange du paiement de son amende SNCF. Il était en état d'ébriété au moment des faits.

Le passager serviable s'est en quelques instants transformé en prédateur sexuel. Un père de famille de 35 ans a été interpellé, ivre, dimanche en gare d'Angers pour avoir proposé à une adolescente de 17 ans de payer son amende SNCF en échange de faveurs sexuelles.

L'homme était pourtant apparu très prévenant envers la victime. Celle-ci se trouvait dans le train qui en provenance de Rennes avec un billet valable mais sans la carte de réduction correspondante. La contrôleuse lui a alors fait savoir qu'elle risquait une amende.  

Lire aussi: Harcèlement de rue - les associations féministes tirent un bilan mitigé

"Un passager accompagné de sa fillette de trois ans s’en émeut. Il lance à la cantonade que tout le monde va se cotiser pour payer la sanction", rapporte Ouest France. Mais une fois la contrôleuse partie, l'homme lui aurait proposé de le "remercier" en le rejoignant dans les toilettes pour un rapport sexuel.

La jeune fille a averti la contrôleuse qui a fait stopper le train en gare d'Angers afin que les forces de l'ordre puissent interpeler l'individu. Celui-ci présentait un taux d'alcoolémie de près d'un gramme par litre de sang et a donc été placé en cellule de dégrisement. Il a été relâché par la suite en attendant d'éventuelles poursuites.

Si les faits n'évoquent aucune agression sexuelle, ces propos pourraient tomber sous le coup de la récente loi sur les outrages sexistes, qui réprime le fait "d''imposer à une personne tout propos ou comportement à connotation sexuelle ou sexiste qui soit porte atteinte à sa dignité en raison de son caractère dégradant ou humiliant" ou de créer "à son encontre une situation intimidante, hostile ou offensante". Il risquerait alors une contravention de 5e classe, le fait d'avoir ce genre de comportement dans les transports en commun constituant une circonstance aggravante.

On ignorait ce lundi si la victime avait porté plainte. La loi pénalisant les "outrages sexistes", adoptée l'an dernier, a donné lieu à 447 amendes depuis son entrée en vigueur en août, a annoncé mardi devant les députés la secrétaire d'État chargée de l'Egalité femmes/hommes, Marlène Schiappa.

Voir:

447 amendes pour "outrage sexiste" depuis août, annonce Schiappa

Auteur(s): La rédaction de France-Soir


PARTAGER CET ARTICLE :


L'homme a été interpellé en état d'ébriété.

Annonces immobilières

Newsletter





Commentaires

-