Ils avaient violé à mort leur victime à coups de bouteille, 30 et 18 ans de prison

Ils avaient violé à mort leur victime à coups de bouteille, 30 et 18 ans de prison

Publié le :

Mercredi 21 Mars 2018 - 20:14

Mise à jour :

Mercredi 21 Mars 2018 - 20:17
Ils ont fait subir une nuit de tortures à leur victime, une mère de famille de 44 ans, qui mourra d'une hémorragie après avoir été violée à coups de bouteille. Jean-Michel Colson, un quinquagénaire récidiviste, et Damien Gatine, un retardé mental, ont été condamnés à de lourdes peines.
© DAMIEN MEYER / AFP/Archives
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Les deux accusés ont été condamnés à de lourdes peines. Et la lecture de ce que les deux hommes ont fait subir à Séverine Gentil pourrait donner la nausée tant les faits sordides laissent imaginer le calvaire de cette mère de famille violée à mort à Sedan (Ardennes).

Les faits remontent à juin 2015. La malheureuse femme est âgée de 44 ans. Jean-Michel Colson, 50 ans aujourd'hui, et Damien Gatine, 28 ans et retardé mental, vont lui faire subir une huit d'horreur. Les deux hommes la violentent. Puis Jean-Michel Colson lui enfonce brutalement dans les vagin des bouteilles de bière en verre pendant que son jeune complice maintient la victime en plein supplice.

La pénétration sera tellement brutale qu'elle déclenchera une hémorragie qui sera mortelle pour la malheureuse. Les deux violeurs abandonnent le cadavre de leur victime à l'arrière d'une voiture qu'ils laissent sur une place du centre-ville de Sedan.

Lire aussi: Père violeur, pédophilie, inceste et avortement: procès de l'horreur devant la cour d'assises de Limoges

Les deux pervers n'ont pas eu le même comportement au procès. Damien Gatine a semblé esquisser des remords sincères. Il a reconnu ses responsabilités lors du procès, et a présenté des excuses et des condoléances à la famille de la victime. Il a finalement écopé de 18 ans de prison ferme.

La peine a été bien plus lourde pour celui qui semblait être le meneur, Jean-Michel Colson. En plus d'avoir commis le geste mortel, le quinquagénaire a eu une attitude terrifiante de déni au cours des audiences. Pour expliquer la présence massive de sang sur la victime aux organes génitaux ravagés par les coups de bouteille l'accusé fournira une explication toute simple: "Elle avait ses règles". Et lorsque la parole lui sera donné une dernière fois, il tentera une dernière défense. "Je n'ai pas donné de coups de poings" essaiera-t-il d'articuler. Il a été condamné à 30 ans de prison.

L'homme n'était d'ailleurs pas un inconnu: il avait déjà été condamné en 2005 pour des faits similaires. Il avait été reconnu coupable d'avoir violé sa voisine lui occasionnant des fractures et une hémorragie cérébrale l'ayant laissée dans le coma.

Leur victime est morte d'une hémorragie après avoir été violée avec des bouteilles de bière.


Commentaires

-