Ils voulaient venger un viol en torturant atrocement leur victime, procès de l'horreur à Aix-en-Provence

Coups et sévices

Ils voulaient venger un viol en torturant atrocement leur victime, procès de l'horreur à Aix-en-Provence

Publié le :

Mercredi 07 Mars 2018 - 11:32

Mise à jour :

Mercredi 07 Mars 2018 - 11:39
Depuis lundi, deux hommes et une femme sont jugés devant la cour d'assise d'Aix-en-Provence. Ils sont accusés d'avoir séquestré un homme en 2014 en lui faisait subir des coups et des outrages atroces. Les deux hommes vengeaient un viol subi par la femme et prétendument l'oeuvre de la victime, ce qui est visiblement faux.
© DAMIEN MEYER / AFP/Archives
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Un mélange de tortures, de confusion et de misère sociale: c'est en substance le résumé du procès qui s'est ouvert lundi 5 devant la cour d'assise d'Aix-en-Provence, et que rapporte le journal La Provence. Dans le box des accusés, un couple – Alexandre Buisson et Cécile Roumeaux– et un de leurs amis nommé Brahim Haggui.

Les trois sont accusés d'avoir enlevé le 8 avril 2014 un certain Guillaume, et de lui avoir fait subir pendant quatre jours une série de sévices particulièrement violents. La cause? Les deux hommes de la bande aurait voulu venger la nommée Cécile qui aurait affirmé avoir été violée deux ans auparavant, à l'âge de 17 ans, par la victime.

Et la "vengeance" va être terrible: des coups, des strangulations effectuées avec des câbles, le malheureux est battu à de nombreuses reprises et drogué de force aux anxiolytiques pour le calmer. Il sera également forcé de mettre dans sa bouche un chiffon imbibé d'eau et même d'ingérer un mélange de bière et de sperme.

Au bout de quatre jours, l'homme parviendra à s'échapper (la porte étant restée visiblement ouverte). Il sera retrouvé errant dans les environs de gare d'Arles présentant plusieurs fractures au visage.

Les accusés ont reconnu les faits. Alexandre Buisson, 25 ans au moment des faits, assume même avoir porté la majorité des coups. Mais l'autre accusé Brahim Haggui dénonce le "tempérament manipulateur de Cécile Roumeaux" qui "s'est servie d'eux pour se venger" de la victime.

Lire aussi: Elle s'arrange pour faire violer sa fille par un "ami" rencontré sur internet (photo)

Problème, au cours de l'enquête, le tempérament instable de la jeune femme (19 ans au moment des faits) va resurgir. Elle expliquera finalement avoir bien eu une relation sexuelle avec la victime, mais consentie après une consommation de stupéfiants. Elle a déclaré cependant avoir bien été violée à 17 ans par un groupe de garçons dans une chambre d'hôtel, mais sans aucune implication de Guillaume. L'enquête montrera que l'adolescente de l'époque était aussi fragilisée par des viols incestueux commis par son père dans son enfance.

Quant à son compagnon de l'époque, Alexandre Buisson, il a lui aussi subi des violences sexuelles au lycée militaire de Saint-Cyr où il était pensionnaire. L'un des cuisiniers de l'établissement abusera de lui, ce qui poussera l'adolescent à une tentative de suicide à l'âge de 16 ans. Mais c'est lui aujourd'hui qui est dans le box des accusés au côté des deux autres et qui doit répondre des charges de "séquestration, actes de torture et de barbarie".

Les trois accusés sont poursuivis pour "séquestration, actes de torture et de barbarie".

Commentaires

-