Incendie de Fontenay-sous-Bois: vers la thèse de l'infanticide

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

Incendie de Fontenay-sous-Bois: vers la thèse de l'infanticide

Publié le 03/01/2017 à 14:39 - Mise à jour à 14:42
©Pascal Rossignol/Reuters
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

-A +A

Dans le cadre de l'enquête sur l'incendie meurtrier samedi dans un appartement de Fontenay-sous-Bois (Ile-de-France), la mère est soupçonnée d'avoir tué ses deux enfants en les jetant par la fenêtre avant de se suicider. Le soir du 31 décembre, ils avaient chuté du 13e étage d'une tour, après un départ de feu dans leur appartement en début de soirée.

Une mère est soupçonnée d'avoir tué ses deux enfants en les jetant par la fenêtre avant de se suicider, selon les premiers éléments de l'enquête sur l'incendie meurtrier samedi dans un appartement de Fontenay-sous-Bois, près de Paris, a indiqué mardi à l'AFP une source policière. La mère, âgée de 32 ans, et deux de ses trois enfants, un garçonnet de 3 ans et une fillette de 8 ans, avaient chuté du 13e étage d'une tour, après un départ de feu dans leur appartement en début de soirée, juste avant le réveillon de la Saint-Sylvestre.

"Nous avons de nombreuses éléments qui nous orientent vers la thèse de l'infanticide", a déclaré la source policière, confirmant une information du Parisien. Selon cette source, "il est évident que le petit enfant de 3 ans n'a pas pu sauter tout seul du balcon" et l'incendie, qui a pris dans deux pièces de l'appartement, est "très certainement volontaire". "Il n'était en tous cas pas assez gros pour obliger ses occupants à sauter", a observé la source policière.

La troisième enfant, âgée de 6 ans, gravement intoxiquée mais désormais hors de danger, présentait "des traces de coups", a indiqué la source policière. "C'est notre unique témoin, mais elle est toujours dans le déni de ce qui s'est passé et n'a pas encore pu être entendue", a expliqué la source policière. Le père, absent au moment du drame et dont l'alibi a été vérifié, est hospitalisé avec la fillette rescapée, également en état de choc.

Les autopsies pratiquées lundi sur les deux enfants décédés "sont venues éclairer" les premiers éléments de l'enquête, a ajouté la source, sans plus de précisions. Plusieurs témoignages, dans le voisinage et à l'école des enfants, ont dessiné le profil d'une mère "dépressive, peut-être à la limite de la psychiatrie", selon la source policière, qui évoque "un probable coup de folie".

Le drame s'est déroulé dans un immeuble bien tenu de la cité des Larris, proche d'une des gares de Fontenay, composé de tours résidentielles, dans cette ville de la proche banlieue à l'est de Paris. L'enquête a été confiée à la police judiciaire du Val-de-Marne.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP


PARTAGER CET ARTICLE :


Plusieurs témoignages, dans le voisinage et à l'école des enfants, ont dessiné le profil d'une mère "dépressive, peut-être à la limite de la psychiatrie".

Annonces immobilières

Newsletter





Commentaires

-