"Individu de race noire": derrière la polémique, un bébé enlevé

"Individu de race noire": derrière la polémique, un bébé enlevé

Publié le :

Mercredi 19 Octobre 2016 - 10:08

Mise à jour :

Mercredi 19 Octobre 2016 - 12:20
©Ho/Police judiciaire/AFP
PARTAGER :

Pierre Plottu avec AFP

-A +A

Une petite fille, un bébé de quatre mois, a été enlevée par son père, mardi soir. Mais de ce fait divers potentiellement tragique, qui tourne à la course contre la montre pour retrouver l'enfant, certains n'ont retenu qu'une chose: la formulation maladroite (au moins) de la première version du texte de l'Alerte enlèvement publiée dans la fouée.

Une petite fille, âgée de quatre mois seulement, a été enlevée mais ce qu'ont retenu certains est la formulation de l'Alerte enlèvement. Le texte diffusé mardi 18 au soir par les autorités suite au kidnapping de la petite Djenah mentionne ainsi dans la description du suspect, son père, que celui-ci est "un individu de race noire". Une formulation à tout le moins maladroite mais qui ne doit pas faire perdre de vue l'essentiel: l'enfant est toujours portée disparue, ce mercredi 19 au matin.

"Djenah, petite fille de 4 mois, vêtue d'un pyjama rose bonbon, yeux marrons, un peu de cheveux châtains, a été enlevée le 18 octobre 2016 à Grenoble, par son père, Steeve BENI Y SAAD, 28 ans. Il a emmené l'enfant dans un maxi cosy avec une couverture rose. Il s'agit d'un individu de race noire, porteur de lunettes de vue, 1 mètre75, cheveux noirs et courts", précisait ainsi la première version de l'Alerte publiée dans la nuit. "Si vous localisez l'enfant ou le suspect, n'intervenez pas vous même appelez immédiatement le 197, ou envoyez un courriel à: alerte.enlevement@interieur.gouv.fr", est-il également précisé.

Le texte a été modifié dans la foulée par les autorités face à une avalanche de réactions indignées, sur Twitter notamment. Une formulation plus neutre évoquant un "individu de couleur noire" a été préférée.

 

Une indignation compréhensible et massive, elle était le sujet de l'essentiel des messages postés sur Twitter dans la nuit à propos de l'enlèvement de la petite Djenah, mais qui ne doit pas faire perdre de vue l'essentiel.

Le père se serait présenté mardi 18 au matin dans un foyer où vit la mère et aurait pris la fuite avec l'enfant, selon Le Dauphiné Libéré. Le couple était séparé à la suite de violences dont le père est suspecté sur sa compagne, cette dernière étant prise en charge par une structure accueillant des femmes battues.

Adopté en France en février 2006, ce dispositif consiste à lancer, en cas de rapt d'enfant mineur, une alerte massive via une cinquantaine de canaux de diffusion (radio, télévision, sites internet, panneaux de gare et d'autoroutes, panneaux d'affichage urbain, réseaux de la SNCF ou de la RATP, 22.000 bornes de la Française des Jeux) pour mobiliser la population dans la recherche de l'enfant et de son ravisseur.

Les particuliers peuvent relayer l'alerte via Facebook et des applications de smartphones.

C'est la 19e fois qu'une telle alerte est déclenchée en France. Jusqu'à présent, elle s'est révélée efficace dans tous les cas, permettant à chaque fois de retrouver les enfants enlevés vivants.

 

"Si vous localisez l'enfant ou le suspect, n'intervenez pas vous même appelez immédiatement le 197, ou envoyez un courriel à: alerte.enlevement@interieur.gouv.fr", précise l'Alerte enlèvement.


Commentaires

-