Indre-et-Loire: tué après avoir menacé un gendarme avec une arme factice

Indre-et-Loire: tué après avoir menacé un gendarme avec une arme factice

Publié le :

Dimanche 24 Juin 2018 - 13:13

Mise à jour :

Dimanche 24 Juin 2018 - 13:14
Un homme a été tué dans la nuit de vendredi à samedi à Chinon, en Indre-et-Loire. Il avait menacé un gendarme avec une arme factice, le militaire l’a abattu.
© JACQUES DEMARTHON / AFP
PARTAGER :

La rédaction de France-Soir

-A +A

Un gendarme a tué un homme dans la nuit de vendredi 22 à samedi 23 à Chinon, en Indre-et-Loire, lors d’une intervention. Le militaire avait été appelé avec ses collègues pour un fait de tapage nocturne.

’Ils ont été confrontés à un individu excité et a priori alcoolisé. L'un des deux gendarmes essaye de le calmer, de dialoguer. L'individu a une main dans le dos et s'avance vers les gendarmes et sort un pistolet", a expliqué Jean-Luc Beck, le procureur de Tours, dont les propos ont été rapportés par LCI.

Face à la menace, l’un des gendarmes a ouvert le feu et tiré deux fois avec son arme de service. Le suspect a alors été touché au ventre par l’une des balles tirées par le militaire.

A voir aussi: Montauban - le formidable raté des braqueurs amateurs munis d'armes factices

Ce n’est qu’à ce moment que les gendarmes ont constaté que le pistolet tenu par le suspect était un faux.

"L'arme se révèle être factice mais de bonne facture", a ainsi évoqué le procureur de la République.

L’homme tué n’a pas pu être sauvé. Le quadragénaire était en outre bien connu des services de police puisque son casier judiciaire comptait une dizaine de condamnations.

Les gendarmes étaient d’ailleurs intervenus chez cet homme il y a quelques semaines. "Il vociférait et menaçait avec un fusil".

Le gendarme qui a tué l’homme a été placé en garde à vue, le temps de la procédure. L’inspection générale de la gendarmerie a été saisie et devra faire la lumière sur les circonstances du drame. ‘’Pour le moment il n’y a pas d’éléments pour dire qu’il n’était pas en légitime défense’’, a ajouté Jean-Luc Beck.

Le gendarme qui a tué sur le suspect muni d'une arme factice a été placé en garde à vue.


Commentaires

-