Londres: un bébé de trois mois convoqué par l'ambassade américaine car… soupçonné de terrorisme

Insolite

Londres: un bébé de trois mois convoqué par l'ambassade américaine car… soupçonné de terrorisme

Publié le :

Lundi 17 Avril 2017 - 18:44

Mise à jour :

Lundi 17 Avril 2017 - 18:45
Harvey, un bébé britannique de trois mois, a subi un interrogatoire à l'ambassade américaine à Londres à cause d'une erreur de son grand-père, comme l'a rapporté "The Guardian" dimanche.
© PHILIPPE HUGUEN / AFP/Archives
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Pour les premières vacances de sa toute jeune vie, le petit Harvey a vécu un sacré chambardement. Avec sa maman Faye et son grand-père Paul, il a dû se rendre de chez lui, Poynton dans le comté de Cheshire, jusqu'à Londres pour rejoindre l'ambassade américaine. Mais pourquoi? Que s'est-il passé pour que les autorités britanniques convoquent ce bébé de seulement trois mois? Une banale erreur dans le formulaire à remplir pour obtenir un visa.

Ce n'est évidemment pas Harvey qui a fait cette erreur mais son grand-père qui a coché la mauvaise case à la question: "Cherchez-vous à vous engager ou avez-vous été engagé dans des activités terroristes, d’espionnage, de sabotage, ou de génocide?". Paul a dit "oui".

Le visa d'Harvey a été refusé et il a dû faire le voyage jusqu'à l'ambassade américaine avec sa mère, 10 heures aller-retour, pour prouver son identité. En racontant l'histoire dans The Guardian, dimanche 16, son papy a confié en rigolant que le petit garçon avait été très sage pendant l'interrogatoire et qu'il n'avait même pas pleuré une seule fois.

"Je n'arrive pas à croire qu'ils n'aient pas remarqué qu'il y avait une erreur et qu'un bébé de trois mois ne pouvait faire de mal à personne" a expliqué Paul. De plus, "je ne pense pas que vous répondriez vraiment oui à cette question si vous étiez terroriste pour de bon". Les autorités "n'ont apparemment pas le sens de l'humour" a-t-il poursuivi.

Cette vaste plaisanterie a tout de même coûté la bagatelle de 3.600 euros à la famille d'Harvey, qui a dû prendre un vol décalé de plusieurs jours avec ses parents, en attendant son visa, pour rejoindre la ville où il a finalement réussi à passer ses vacances: Orlando, en Floride, de l'autre côté de l'Atlantique.

Harvey et ses parents ont vu leurs vacances retardées à cause de ce retard de visa.

Commentaires

-