"Isle of Man TT 2017": un troisième motard se tue pendant la course la plus dangereuse au monde qui accumule les accidents mortels (vidéo)

"Isle of Man TT 2017": un troisième motard se tue pendant la course la plus dangereuse au monde qui accumule les accidents mortels (vidéo)

Publié le :

Jeudi 08 Juin 2017 - 14:27

Mise à jour :

Jeudi 08 Juin 2017 - 15:09
©AuvergneMoto/Facebook
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

C'est une course qui fait rêver et frémir les motards les plus intrépides. La "Tourist Trophy" de l'île de Man, entre le Royaume-Uni et l'Irlande du Nord, vient d'enregistrer son troisième accident mortel. L'épreuve n'en est qu'à sa phase qualificative. Cette course sidérante de dangerosité continue année après année d'aligner les tragédies mortelles sans que personne n'y trouve rien à redire.

C'est une course mythique dans le monde la moto. C'est aussi la plus meurtrière, provoquant des décès quasiment chaque année, sans que son organisation ne soit un instant remise en cause. Le Tourist Trophy de de l'île de Man continue d'aligner les accidents graves et l'édition 2017 vient de connaître son troisième accident mortel. Le mercredi 7, Alan Bonner, un pilote irlandais de 33 ans, est sorti de la route dans un virage pour s'écraser mortellement dans un fossé lors des épreuves qualificatives. Il a succédé de quelques heures seulement au pilote néerlandais Jochem van den Hoek, 28 ans, décédé de ses blessures après un accident dans des circonstances similaires. Le mardi 6, c'est un pilote britannique de 48 ans, Davey Lambert, qui s'est tué lors de la toute première épreuve de qualification.

Série noire? Pas vraiment. La course, connue en version originale comme la "Isle of Man TT 2017" semble tailler pour provoquer chaque année son lot de morts. Le site Internet de la course n'hésite pas d'ailleurs à afficher une compétence importante pour se frotter à l'épreuve: "la bravoure". Et pour cause: un parcours de 60 kilomètres, 264 virages à négocier, le tout sur les routes sinueuses de l'île de Man, traversant les différentes villes du territoire en mer d'Irlande, entre le Royaume-Uni et l'Irlande du Nord. Avec en prime des pointes à plus de 300 km/h (le record dépasse même les 330). Autrement dit, des risques d'accidents fréquents, et une véritable boucherie pour une course qui fête en plus… ses 110 ans. Sur ce circuit, en 98 éditions (la course ne s'est pas déroulée entre 1915 et 1919, puis entre 1940 et 1945), auxquelles se rajoutent les courses du "Manx Grand Prix" (sur le même circuit), 255 pilotes d'une vingtaine de nationalités ont trouvé la mort. A ces victimes se rajoutent 14 morts parmi le public, les techniciens ou les officiels encadrant la course.

Des images des chutes de l'édition 2016 (4 morts) - Certaines images peuvent choquer

Malgré le carnage, la course ne perd pas de sa popularité, ni parmi les motards, ni parmi les spectateurs. L'île de Man est un territoire britannique qui jouit d'un niveau élevé d'autonomie, on reproche d'ailleurs fréquemment à l'ile de 571 km² d'être un paradis fiscal. Une situation qui lui permet d'organiser cette course dangereuse, et de couper la circulation sur une partie de l'île pendant deux semaines, chose qui serait inimaginable au Royaume-Uni. La dernière année sans décès lors de ce circuit remonte à... 2001.

La course mortelle se déroule chaque année depuis 1907.


Commentaires

-