Istres: une fillette de 9 ans frappée à la tête devant son école, sans raison apparente, par un homme armé d'une clé à pipe

Istres: une fillette de 9 ans frappée à la tête devant son école, sans raison apparente, par un homme armé d'une clé à pipe

Publié le :

Jeudi 09 Mars 2017 - 16:23

Mise à jour :

Jeudi 09 Mars 2017 - 16:40
©Capture d'écran Google Maps
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Un homme d'une trentaine d'année a agressé mardi une enfant de 9 ans, en la frappant jusqu'au sang à la tête au moment de rentrer en classe. Les raisons de ce geste n'ont pas encore été clairement dévoilées.

Le quartier est encore sous le choc de l'agression lâche, brutale, mais surtout encore inexpliquée dont a été victime la petite fille. Une enfant de 9 ans a en effet été brutalement frappée sans raison apparente par un homme armé d'une clé à pipe, alors qu'elle allait à l'école, dans le quartier de la Romaniquette à Istres, dans le département des Bouches-du-Rhône, ce mardi 7

Il est presque l'heure de rentrer à l'école ce matin lorsque l'enfant s'apprête à pénétrer dans l'enceinte de l'établissement Jacqueline-Auriol. Soudain, arrivant rapidement à la hauteur de la toute jeune écolière, un individu d'une trentaine frappe sans hésitation, et sans échanger apparemment le moindre mot, l'enfant au niveau de la tête avec une clé à pipe. L'enfant saigne, blessée par ce coup brutal, asséné devant des témoins horrifiés, principalement des parents d'élèves. Plusieurs d'entre eux jaillissent immédiatement vers l'agresseur et le maîtrisent. Ils le remettent à la police municipale pendant que la malheureuse victime, traumatisée, est conduite à l'hôpital. Soignée, sa blessures étant sans gravité –au moins sur le plan physique– elle est sortie le jour même mais manquera l'école une dizaine de jours.

Le cadre de l'attaque –l'entrée de l'école– et la violence déchaînée sur une enfant ont bouleversé les nombreux témoins qui se pressaient devant la grille de l'établissement. C'est une vraie terreur collective que décrivent les témoins au quotidien local La Provence: "tous les enfants ont vu la fillette pleine de sang et le défilé des voitures de secours" et "sont désormais terrorisés" explique une mère de famille, une autre expliquant: "On croyait être en sécurité dans le quartier, témoigne une autre mère d'élève. Les enfants vont jouer en permanence dans le parc, c'est fini, on ne voudra plus jamais les laisser seuls". Deux jours après les faits, l'enquête n'a pas encore communiqué si la lumière avait été faite sur les causes de l'agression.

L'enfant a été brutalisée au moment de rentrer à l'école.

Sur le même sujet, la rédaction vous propose:



Commentaires

-