Ivre, il est arrêté après avoir tagué "connard" sur une voiture de police

Paris

Ivre, il est arrêté après avoir tagué "connard" sur une voiture de police

Publié le :

Jeudi 15 Mars 2018 - 16:11

Mise à jour :

Jeudi 15 Mars 2018 - 16:14
Un jeune homme de 24 ans a été arrêté dans la nuit de mercredi à ce jeudi à Paris alors qu'il était en train de taguer une voiture de police. Il a été surpris par une patrouille.
© JACQUES DEMARTHON / AFP/Archives
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Un jeune homme a été arrêté dans le 13e arrondissement de Paris dans la nuit de mercredi 14 à ce jeudi 15 alors qu'il taguait une voiture de police.

Muni d'un marqueur violet, il a été surpris en flagrant délit alors qu'il inscrivait "connard" sur le véhicule, d'après Le Parisien.

A voir aussi: Ivre, il lance son chien contres les pompiers et policiers, obligés de le "taser"

Soit par manque de temps ou encore parce qu'il était passablement ivre, le suspect de 24 ans a cependant écrit "conard" et donc commis une faute d'orthographe. Ce fait a d'ailleurs plutôt amusé Yvan Assioma, responsable du syndicat Alliance Paris.

"Le mec n’est pas une lumière en orthographe, puisqu’il écrit «conard» avec un seul  «n»", a-t-il plaisanté.

Les faits se sont déroulés dans le quartier de Tolbiac. Lorsque les policiers, issus d'une patrouille du commissariat du 13e arrondissement, l'ont aperçu, ils se sont discrètement approchés du suspect.

Mais le jeune homme originaire de Sarcelles, dans le Val-d'Oise, a finalement couru pour leur échapper et a été arrêté un peu plus loin, place Verlaine.

L'arrestation n'a pas été de tout repos car en plus d'être ivre, le suspect a fait preuve de violence. Il a tout de même été arrêté, plaqué au sol et menotté avant d'être amené au poste.

Il a été placé en garde à vue pour dégradation de bien public et a aussi dû passer quelques temps en cellule de dégrisement.

La dégradation de bien public est punie par la loi, une peine pour les tags est même prévue dans le code pénal. "Le fait de tracer des inscriptions, des signes ou des dessins, sans autorisation préalable, sur les façades, les véhicules, les voies publiques ou le mobilier urbain est puni de 3.750 euros d'amende et d'une peine de travail d'intérêt général lorsqu'il n'en est résulté qu'un dommage léger".

Les policiers ont surpris le suspect en flagrant délit en train de taguer une voiture de police.

Commentaires

-