Jean-Vincent Placé victime d'une agression

Jean-Vincent Placé victime d'une agression

Publié le :

Mardi 05 Septembre 2017 - 20:54

Mise à jour :

Mardi 05 Septembre 2017 - 20:59
Le sénateur de l'Essonne Jean-Vincent Placé a été agressé dans la nuit de samedi à dimanche, selon une information de RTL. Plusieurs individus l'auraient frappé au visage afin de lui dérober sa montre.
©Witt/Sipa
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Jean-Vincent Placé, sénateur de l'Essonne et ancien secrétaire d'Etat a été victime d'une agression dans la nuit du samedi 2 au dimanche 3, révèle ce mardi 5 la radio RTL. Il aurait été frappé à plusieurs reprises au niveau du cou et de la lèvre supérieure . Des informations qui laissent supposer qu'il n'a pas eu de graves séquelles physiques, mais aucune communication officielle n'avait eu lieu mardi soir sur son état de santé.

On ignorait également si ses agresseurs avaient reconnu l'ancien secrétaire d'État chargé de la Réforme de l'État et de la Simplification au sein des gouvernements Valls II et Cazeneuve. Toutefois, toujours selon RTL, leur mobile aurait été loin d'être politique puisque c'est après la montre de luxe de Jean-Vincent Placé qu'ils en auraient eu.

La police judiciaire parisienne a été chargée de l'enquête, laquelle n'aurait cependant encore mené à aucune interpellation. De nombreuses questions restaient par ailleurs ce mardi soir sans réponse, notamment quant au lieu de l'agression.

Discret depuis qu'il a quitté le gouvernement après la victoire d'Emmanuel Macron, Jean-Vincent Placé est également président de l'Union des démocrates et des écologistes (UDE)

Plusieurs responsables politiques ont été victimes de violences ces derniers mois. On peut citer le cas de Nathalie Kosciusko-Morizet en juin dernier, ainsi que de la députée LREM Laurianne Rossi en juillet. Mercredi 30 août, le cadre PS Boris Faure a reçu plusieurs coups de casque de la part du député désormais ex-LREM M'jid El Guerrab. Mais à chaque fois, ces agressions étaient motivées (semble en partie motivée dans le dernier cas) par un désaccord politique.

Jean-Vincent Placé aurait été touché au cou et çà la lèvre.


Commentaires

-