Jeune homme brûlé à 90% à Rouen: trois suspects devant la justice

Jeune homme brûlé à 90% à Rouen: trois suspects devant la justice

Publié le :

Vendredi 15 Avril 2016 - 10:13

Mise à jour :

Vendredi 15 Avril 2016 - 10:24
©Frédéric Bisson/Flickr
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Trois personnes suspectées d'être responsables des graves brûlures d'un jeune homme le week-end dernier ont été présentées au parquet de Rouen jeudi. La victime, brûlée à 90%, a été placée dans un comas artificiel. Son pronostic vital est toujours engagé.

A Rouen (Seine-Maritime), un jeune homme a été découvert brûlé à 90% le week-end dernier. Jeudi 14, trois hommes suspectés d'être responsables de cette agression ont été présentés au parquet de la ville. Agés de 25 à 35 ans, ils feraient partie de l'entourage de la victime et certains habiteraient dans l'immeuble où a eu lieu le drame, informe le site Normandie-actu.

Dans la nuit du samedi 9 au dimanche 10 à Rouen, les sapeurs-pompiers avaient retrouvé Derrick Mondika, 23 ans, nu, enveloppé dans un drap et brûlé à 90% dans le sous-sol d'un immeuble situé à deux pas de la prison Bonne Nouvelle. La victime, originaire de Guyane et venue s'installer à Deauville (Calvados) pour travailler dans la restauration, a été transportée au service des grands brûlés d'un hôpital de Clamart (Hauts-de-Seine). Plongé dans un comas artificiel, elle n'a toujours pas pu être entendue des enquêteurs et son pronostic vital reste engagé.

C'est donc grâce à une enquête de voisinage, aux témoignages de l'entourage de la victime et à des images de vidéosurveillance que la police a pu remonter la piste des trois suspects. Ces derniers ont été interpellés mardi 12 par le Service Régional de Police Judiciaire (SRPJ). A l'issue de leur garde à vue, ils ont été présentés devant le procureur, puis à un juge d'instruction. L'un d'eux devra répondre "d'actes de torture et de barbarie aggravés par la préméditation ou un guet-apens", un crime passible de 20 ans de réclusion, tandis que les deux autres risquent jusqu’à cinq ans d’emprisonnement pour "non-obstacle à la commission d’un crime ou d’un délit dangereux pour les personnes". 

 

Les pompiers ont découvert la victime dans le sous-sol d'un immeuble.


Commentaires

-