La "conseillère en djihad" revenue de Syrie fait appel de sa condamnation

Huit ans de prison

La "conseillère en djihad" revenue de Syrie fait appel de sa condamnation

Publié le :

Lundi 26 Mars 2018 - 17:10

Mise à jour :

Lundi 26 Mars 2018 - 17:13
Condamnée vendredi soir à huit ans de prison pour avoir conseillé depuis la Syrie des candidates au djihad, Maeva Sola, une Française de 24 ans, va faire appel, a-t-on appris lundi de son avocat.
© LOIC VENANCE / AFP/Archives
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

La peine est jugée sévère par la défense, les magistrats ont de leur côté jugé que l'accusée participait aux "combats" de l'Etat islamique via les réseaux sociaux. Maeva Sola, 24 ans, qui était partie en Syrie de mai 2014 à juillet 2015, a été condamnée vendredi 23 a huit ans de prison dont une peine de sureté des deux tiers pour association de malfaiteurs à visée terroriste.

Pendant plusieurs mois, elle avait fait office de conseillère en djihad, expliquant via Internet à d'autres femmes comment rejoindre les théâtres d'opération de l'organisation terroriste en leur proposant par exemple les coordonnés de passeurs mais aussi des conseils plus "pratiques" sur la tenue à avoir.

La défense a fait valoir que de tels conseils sur la façon de se rendre en Irak ou en Syrie ne pouvaient être considérés comme du recrutement au sens strict du terme, et notamment du recrutement d'épouses de combattants djihadistes. Mais cela n'a visiblement convaincu ni le parquet ni les juges du siège qui ont opté pour une lourde peine.

Le tribunal a estimé que Maeva Sola est restée de façon "parfaitement consciente" en Syrie de mai 2014 à juillet 2015 et qu'elle a "pris part" à l'organisation Etat islamique à sa manière. "Votre combat passait par les réseaux sociaux, par le fait de donner des conseils", avait expliqué la présidente.

Le comportement de la jeune femme depuis son retour de Syrie ne semble pas avoir plaidé en sa faveur. L'accusée avait en effet depuis 2015 projeté de se marier avec Radouane Taher. L'homme condamné en juin 2016 n'est autre qu'un membre de la "filière de Strasbourg", groupe qui s'était lui-même rendu en Syrie en 2013.

La jeune femme a donc fait appel du jugement.

 

Maeva Sola conseillait les femmes qui souhaitaient se rendre en Syrie ou en Irak.

Commentaires

-