La femme du djihadiste Jean-Michel Clain ne regrette rien et refuse de retourner en France

La femme du djihadiste Jean-Michel Clain ne regrette rien et refuse de retourner en France

Publié le :

Mercredi 06 Mars 2019 - 20:16

Mise à jour :

Mercredi 06 Mars 2019 - 20:18
© Delil SOULEIMAN / AFP
PARTAGER :

La rédaction de France-Soir

-A +A

Le djihadiste français Jean-Michel Clain a été tué au mois de février, sa femme a témoigné lundi 4. Dorothée Clain a assuré qu'elle ne regrettait rien en tentant même de justifier les attentat de Paris. Elle a aussi indiqué qu'elle ne voulait pas retourner en France.

Alors que le débat sur le retour des djihadistes Français en France est toujours aussi vif, la femme de l'un d'entre eux a témoigné lundi 4. Dorothée Clain, la femme du djihadiste Jean-Michel Clain, a pris la parole et assuré qu'elle ne regrettait rien.

Partie en Syrie pour rejoindre l'Etat islamique avec son époux et le frère de celui-ci, elle a assuré au micro de Europe 1 qu'elle ne regrettait pas son choix et a d'ailleurs annoncé la mort de son mari, décédé en février dernier quelques jours après son frère.

Elle a par ailleurs tenté de justifier les attentats du 13 novembre à Paris. "On a voulu diaboliser l'État islamique, mais c'est faux… Ce qu'on veut faire croire aux citoyens, aux Français, sur ces attentats, c'est faux. Vous, si on s'en prenait à vos familles, vous voudriez faire justice. Là, voilà, la justice a été faite", a expliqué la femme vêtue d'un niqab lui couvrant entièrement le corps.

A voir aussi: L'Etat mis en cause pour non-assistance aux orphelins des djihadistes français

"Dans une guerre, il y a des innocents. Le bilan des attentats, oui, il est lourd. Mais pas aussi lourd qu'ici. Est-ce que c'est équitable, est-ce que ça vaut tout ça? Là, c'est le monde entier qui est contre nous, qui nous massacre", a-t-elle poursuivi.

La veuve a aussi assuré ne pas vouloir retourner en France assurant qu'elle savait très bien que si elle rentrait, elle serait emprisonnée et séparée de ses enfants. "Ils vont me mettre en prison, ils vont m'enlever mes enfants. (…)C'est eux qui ont tué mes enfants et mon mari".

Car en plus d'avoir perdu son époux, trois de ses enfants (sur huit) seraient morts selon ses dires.

"Je ne demande rien à la France. Je n'ai pas de regret, je ne peux pas vivre en France. Je suis musulmane, je pratique ma religion. Pourquoi je n'aurais pas le droit d'aller ailleurs? Normalement, les Français devraient être contents. Ma religion vous dérange, je vous dérange, laissez-moi tranquille", a-t-elle finalement dit en indiquant qu'elle voulait maintenant faire son deuil.

Son mari et le frère de celui-ci, Fabien Clain, étaient deux figures de l'Etat islamique. Fabien, l'aîné, était l'homme qui avait revendiqué les attentats du 13 novembre à Paris. Le second quant à lui chantait des chants religieux dans ce même enregistrement.

Fabien Clin a été tué par un drone américain le 21 février dernier. Cette frappe a d'ailleurs gravement blessé son frère qui a cependant survécu. Il est finalement mort deux jours plus tard, selon Dorothée Clain, dans l'explosion d'un obus de mortier.

A lire aussi:

Le djihadiste malien Amadou Koufa n'est pas mort, contrairement aux annonces de Parly

La France n'acceptera pas de condamnation à mort de djihadistes français en Irak

Le djihadiste français Fabien Clain tué en Syrie, son frère Jean-Michel gravement blessé

Dorothée Clain (au milieu sur la photo) ne regrette pas d'avoir rejoint l'Etat islamique.


Commentaires

-