La Rochelle: le convoi de François Hollande est-il impliqué dans la mort d'un octogénaire?

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

La Rochelle: le convoi de François Hollande est-il impliqué dans la mort d'un octogénaire?

Publié le 18/11/2016 à 11:07 - Mise à jour à 11:18
©Philippe Huguen/AFP
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Un homme de 83 ans est décédé deux jours après un grave accident de la circulation en marge du passage du convoi présidentiel près de La Rochelle (Charente-Maritime) le 8 novembre. Ses enfants ont décidé de porter plainte contre X "afin que les circonstances de l'accident soient tirées au clair".

Au lendemain des obsèques de Marcel Briché, 83 ans, sa famille est dans le doute. Dans quel circonstances exactes est mort le retraité qui a succombé deux jours après un grave accident de la circulation à Lagord (Charente-Maritime) en marge du passage du convoi de François Hollande. "Que ce soit clair, nous n'incriminons personne. Nous avons déposé plainte contre X pour que les circonstances de l'accident soient tirées au clair", explique Thierry Riché, le fils de la victime, au Parisien ce vendredi 18. Le commissariat de La Rochelle a ouvert une enquête.

Marcel, "conducteur chevronné" d'après ses proches, était quand le drame a eu lieu, le 8 novembre. Selon son propre témoignage, il roulait sur la voie rapide où arrivait au même moment le convoi présidentiel (François Hollande se rendait à La Rochelle pour les assises de l'économie de la mer) quand un des motards lui aurait demandé de se ranger sur le côté. Distrait, il aurait alors percuté par l'arrière une Mercedes à l'arrêt. "D'après ce que l'on m'en a dit, il a été surpris. Mon père a donné un coup de volant et s'est encastré dans les voitures elles-mêmes ralenties par le passage du convoi", explique Thierry Briché au Parisien. Et d'ajouter, au micro de RTL: "On se pose des questions. Pourquoi le convoi présidentiel a poussé aussi fortement les véhicules ?"

Après une heure et demie de désincarcération, Marcel Briché demande aux pompiers de prendre des photos avec son téléphone. Blessé, il est ensuite transporté à l'hôpital. Les médecins lui diagnostiquent une fracture des cervicales, et, après lui avoir posé une minerve, le jugent prêt à rentrer chez lui le 10. Mais, le jour J, un praticien découvre que sa nuque et bleue et appelle le Samu. Trop tard: quelques instants après, le malheureux, décède d'un arrêt cardiaque. Son fils se rend au commissariat de La Rochelle dès le lendemain. Selon Sud Ouest, qui a révélé l'affaire, un "extrait du procès-verbal fait mention du convoi présidentiel".

"Les circonstances m'ont été confirmées lundi (le 14, NDLR) par la brigade des accidents. En fait, la police n'était pas au courant du décès. La procédure habituelle veut qu'elle prenne des nouvelles d'une victime hospitalisée vingt-quatre heures après l'accident, si le pronostic vital n'est pas engagé. Or, il est mort quarante-huit heures après, alors que son état n'était pas jugé critique. À la suite de mon appel, une enquête a été ouverte. Nous (avec sa soeur Martine Briché, NDLR) avons rendez-vous jeudi (le 17, NDLR) avec l'officier de police judiciaire pour être entendus", a expliqué Thierry Briché au quotidien régional en début de semaine.

En attendant la possibilité de se constituer partie civile, la famille dit faire"toute confiance à la justice et à la police pour savoir ce qu'il s'est passé et s'il y a un lien de cause à effet avec le passage de François Hollande". Si cela s'avérait être le cas, "il faudrait qu'il y ait une prise de conscience de la manière dont circulent ces convois", prévient Thierry Briché. Et de conclure: "Là, il s'agit d'un homme de 83 ans. Mais ça aurait pu être un gamin en conduite accompagnée. Que la mort de notre père serve de leçon".

Les obsèques de Marcel Briché ont eu lieu en présence de la famille jeudi 17 à 14h30 au crématorium de Mireuil.  

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr


PARTAGER CET ARTICLE :


En attendant la possibilité de se constituer partie civile, la famille dit faire"toute confiance à la justice et à la police pour savoir ce qu'il s'est passé".

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-