Lacapelle-Viescamp: un paysan condamné à déplacer sa ferme à cause de… l'odeur de ses vaches

Lacapelle-Viescamp: un paysan condamné à déplacer sa ferme à cause de… l'odeur de ses vaches

Publié le :

Mercredi 07 Juin 2017 - 19:09

Mise à jour :

Mercredi 07 Juin 2017 - 19:10
© THIERRY ZOCCOLAN / AFP/Archives
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Nicolas, un agriculteur à la tête d'un troupeau de vaches Salers, originaire du Cantal, a été condamné en appel à déplacer sa ferme. Il a décidé de se pourvoir en cassation. Des habitants de son village lui ont porté secours en mettant en place une pétition pour l'aider. Ce mercredi soir, les 20.000 signatures avaient été dépassées.

Passer de la ville à la campagne peut parfois réserver quelques surprises aux citadins qui n'ont jamais mis un pied (ou une narine) en dehors du bitume et de la pollution. Et un agriculteur du Cantal est en train d'en faire les frais.

Selon une histoire racontée ce mercredi 7 par France 3 Auvergne-Rhône-Alpes, un agriculteur du tout petit village de Lacapelle-Viescamp (environ 500 habitants), éleveur de vaches Salers (une race bovine prisée pour son lait et sa viande), est actuellement dans la tourmente à cause de l'odeur de ses bêtes.

Il y a huit ans, un couple de Ligériens venant de la ville a emménagé à côté de son exploitation et a décidé de porter plainte car l'odeur du fumier était trop incommodante. Si le tribunal d'Aurillac n'avait d'abord rien retenu contre le paysan, prénommé Nicolas, la justice a finalement donné raison aux citadins après qu'ils aient fait appel. "Ça fait six générations que mes ancêtres travaillent cette terre et on vient nous mettre dehors?" s'est-il insurgé.

La Cour d'appel de Riom a en effet condamné Nicolas à déménager les vaches et le stock de fumier à au moins 50 mètres de son voisin. Ce qui revient pour lui à en réalité déménager toute l'exploitation. Il a donc décidé de se pourvoir en cassation et a reçu le soutien des autres habitants du village. Et bien plus.

Scandalisés par cette histoire, des amis de cet agriculteur cantalien ont créé une page Facebook et mis en place une pétition sur le site change.org. Pétition qui, ce mercredi soir, avait recueilli plus de 20.000 signatures. L'objectif étant d'ensuite la remettre au ministre de l'Agriculture, Jacques Mézard, lui-même Cantalien. 

La Cour d'appel de Riom a condamné Nicolas à déménager les vaches et le stock de fumier à au moins 50 mètres de son voisin. (illustration)

Commentaires

-