Le "boxeur Gilet jaune" Christophe Dettinger n'a toujours pas indemnisé une partie civile

Le "boxeur Gilet jaune" Christophe Dettinger n'a toujours pas indemnisé une partie civile

Publié le :

Jeudi 28 Mars 2019 - 20:00

Mise à jour :

Jeudi 28 Mars 2019 - 20:05
© - / AFP/Archives
PARTAGER :
-A +A

Alors que le "boxeur Gilet jaune" Christophe Dettinger réclame plusieurs millions d'euros à Leetchi, les avocats de l'association Gendarmes et Citoyens s'insurgent car celui qui veut "faire fructifier son délit" n'a toujours pas réglé, ce jeudi 28, les dommages et intérêts dus à leur client, et dont le montant n'est que de quelques centaines d'euros. Ils rappellent qu'il s'agit d'une obligation pour celui qui bénéficie d'un régime de semi-liberté.

Le 13 février Dernier, Christophe Dettinger était condamné à 30 mois de prison dont 12 ferme ainsi qu'au dédommagement des parties civiles. Le 20 mars dernier, les avocats de l'association Gendarmes et citoyens publiaient un communiqué dans lequel ils dénonçaient le fait que le "boxeur Gilet jaune" n'avait toujours pas réglé les dommages et intérêts qu'il avait été condamné à verser plus d'un mois auparavant. Plus d'une semaine plus tard, pas un centime n'a été envoyé à cette partie civile au procès, confirme ce jeudi à FranceSoir Maître Jean-Philippe Morel.

Une situation dénoncée tant sur le plan légal que moral. Car depuis sa condamnation, Christophe Dettinger a réclamé au site Leetchi les 130.000 euros réunis par la cagnotte le soutenant ainsi que plusieurs millions d'euros au titre du préjudice supposément causé par sa clôture prématurée. Une somme qui n'a pas grand chose à voir avec celle qu'il doit verser à Gendarmes et citoyens: 514 euros (1 euro symbolique, 500 euros de frais de procédure et 13 euros de droits de plaidoirie).

Voir: Versement de la cagnotte Leetchi de l'ex-boxeur Dettinger: décision le 9 avril

"Il entend faire fructifier son délit sur le dos des représentants des forces de l'ordre, sans ce soucier de l’indemnisation des victimes et il témoigne par cette démarche d’un profond mépris à leur égard", peut-on lire dans ce communiqué.

Maître Morel dénonce la "provocation absolue" de celui qui est devenu le "symbole des violences contre les forces de l'ordre" dans la crise des Gilets jaunes. Et de rappeler que Christophe Dettinger est actuellement sous un régime de semi-liberté. Or le paiement des dommages et intérêts est une des obligations qui pèsent sur lui pour continuer à bénéficier de cet aménagement de peine.

"Le juge de l’application des peines pourrait donc révoquer le sursis de Monsieur Dettinger et revenir sur l’aménagement de sa peine" précisent les avocats de l'association. "J'ai demandé le règlement de cette somme", poursuit Maître Morel, précisant qu'il fera en sorte de rappeler à Christophe Dettinger "les obligations qui sont les siennes" s'il "continue de fanfaronner" dans les médias. La démarche n'a pas pour dessein de renvoyer le boxeur derrière les barreaux, mais pourrait être enclenchée "pour le principe" face à un homme "que son délit pourrait rendre millionnaire".

Lire aussi:

"Gilets jaunes": semi-liberté pour le "boxeur" Christophe Dettinger

Christophe Dettinger mis à pied, sa semi-liberté remise en cause?

Christophe Dettinger réclame des millions d'euros à Leetchi mains n'a pas indemnisé Gendarmes et citoyens, dénoncent ses avocats.


Commentaires

-