Lille: 200 euros d'amende pour le SDF qui mendiait dans le métro

Mendicité interdite

Lille: 200 euros d'amende pour le SDF qui mendiait dans le métro

Publié le :

Vendredi 16 Mars 2018 - 15:08

Mise à jour :

Vendredi 16 Mars 2018 - 15:14
Un sans-abri a écopé d'une amende de 200 euros pour avoir mendié dans le métro de Lille. Une situation dénoncée lundi par une association d'aide aux SDF mais assumée par la société exploitant les transports lillois.
©Jacques Demarthon/AFP
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Une associations lilloise d'aide aux sans-abri a dénoncé lundi 12 le fait qu'un SDF a écopé d'une amende de 200 euros dans le métro. Une sanction qui lui a été infligée par un agent de Transpole pour cause de mendicité.

Le règlement du service de transports de Lille prévoit en effet que "pratiquer toute forme de mendicité" dans le métro expose à une contravention de 4e classe. "Tout sans abri qui se trouverait dans cette situation à Lille peut être sanctionné d'une amende pouvant aller jusqu'à 200 euros. Sans aucune incivilité, agression, sans aucun trouble à l'ordre public, le seul fait d être assis au bas d'un escalator peut leur valoir cette sanction", s'insurge l'association Touche d'espoir sur sa page Facebook.

Lire aussi - Métro parisien: 60 euros d'amende pour avoir emprunté un couloir à contre-sens

Il semble peu probable qu'un sans-abri ait les ressources nécessaires pour s'acquitter d'une telle somme. Mais selon l'association, l'accumulation des amendes permet ensuite de placer les SDF en garde à vue.

"Imaginons qu'un sans abri retrouve une situation et un emploi demain, il aura à assumer le recouvrement de ces sommes par la société Transpole ou le Trésor public. La promesse d'une difficulté accrue à sortir de sa précarité. La promesse qu'on prolongera sa pauvreté même s'il a les moyens d'en sortir", ajoute-t-elle.

Contacté par La Voix du Nord, Transpole assume cette application de son règlement et rappelle que ses agents "travaillent main dans la main avec l’association ABEJ Solidarité pour aider les plus vulnérables. Deux éducateurs de l’ABEJ sont ainsi présents quotidiennement sur le réseau et opèrent des maraudes".

La mendicité est interdite dans le métro lillois (illustration).

Commentaires

-