Lille: prison ferme pour des policiers qui ont racketté des vendeurs de roses bangladais

Lille: prison ferme pour des policiers qui ont racketté des vendeurs de roses bangladais

Publié le :

Mercredi 29 Novembre 2017 - 16:59

Mise à jour :

Mercredi 29 Novembre 2017 - 17:08
©Martin Bureau/AFP
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Ce mercredi deux membres de la police aux frontières ont été condamnés à de la prison ferme à Lille. Ils ont été accusés d'avoir racketté, parfois violemment, cinq vendeurs de roses ambulants.

Fabrice, 42 ans, et Yannick, 30 ans, deux membres de la police aux frontières (PAF), ont été condamnés à des peines de prison ferme ce mercredi 29 au tribunal correctionnel de Lille. Ils ont été jugés coupables de racket envers cinq vendeurs de roses ambulants.

Les faits auraient duré environ un an, entre 2012 et 2013. Les cinq victimes, d'origine bangladaise, étaient régulièrement volées par les deux collègues. Un juge, client régulier des vendeurs de roses, a un jour entendu parler de cette affaire et en a informé le procureur.

A voir aussi: Un policier gifle un migrant à Calais - six mois de prison ferme

Lors de la tenue du procès en octobre dernier, les victimes avaient témoigné à la barre comme le rappelle 20 Minutes. L'un avait notamment expliqué que les policiers l'avaient emmené en voiture jusque dans la citadelle Vauban où ils l'avaient délesté de quelques dizaines d'euros ainsi que de fleurs. Mais ce n'est pas tout, les deux hommes en uniforme lui avaient aussi "confisqué" le récépissé de sa demande d'asile.

Un autre avait aussi expliqué avoir été transporté sur un parking au delà de Lille jusqu'à être abandonné dehors et loin de chez lui alors que les températures étaient inférieures à zéro.

"Une forme de ratonnade avec les habits de la République", avait plaidé un avocat des victimes, cité par La Voix du Nord.

Les membres de la PAF, respectivement condamnés à trois ans et 18 mois fermes, avaient nié les accusations de violences et les vols, excepté la confiscation des roses. Mais un de leurs collègues avait confirmé les propos des victimes.

"A l'arrogance dont il a fait preuve pendant l'enquête, Fabrice Poquet a ajouté la lâcheté, incapable qu'il est d'assumer la vérité en face", a conclu le procureur à l'endroit d'un des accusés qui ne s'était pas rendu au procès.

Les deux policiers rackettaient les cinq vendeurs de roses ambulants.


Commentaires

-