Limoges: un octogénaire opéré de l'œil par erreur réclame justice

Limoges: un octogénaire opéré de l'œil par erreur réclame justice

Publié le :

Jeudi 23 Juin 2016 - 12:38

Mise à jour :

Jeudi 23 Juin 2016 - 12:44
©Gimli_36/Flickr
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Venu se faire soigner la paupière dans une clinique de Limoges en 2011, un octogénaire a été opéré par erreur d'un œil après avoir répondu à l’appel d’un nom qui n’était pas le sien. Prénommé Gaston, il a décidé mercredi de porter cette erreur médicale devant un tribunal de Limoges pour obtenir une expertise judiciaire.

C'est une erreur médicale de plus. Alors qu'il devait subir une banale opération de la paupière, Gaston, un octogénaire sourd, a finalement été opéré d'un œil par erreur. L'histoire remonte à 2011. Le jour J, le personnel de la clinique Chénieux à Limoges lui demande de retirer ses appareils auditifs. Problème: sans eux, Gaston entend mal, très mal. C'est alors qu'il répond à tord à l'appel d'un nom qui n'est pas le sien. Par conséquent, l'octogénaire, dont personne ne vérifie l'identité, prend la place d'un autre patient qui doit subir une opération bien plus lourde: une vitrectomie de l'œil droit qui consiste en une ablation du corps vitré (le gel qui remplit l’espace situé entre le cristallin et la rétine, NDLR).

Dès le lendemain, l'erreur est constatée et reconnue par l'équipe médicale. Mais l'homme, qui souffrait déjà de la cataracte et de DMLA (dégénérescence maculaire liée à l'âge) a constaté depuis 2014 une baisse brutale de ses capacités visuelles. A ce jour, Gaston est presque aveugle. Pour lui, cette déficience visuelle est directement liée à l'erreur médicale dont il a été victime.

Face à ce constat, une expertise  de la Commission régionale de conciliation et d'indemnisation des accidents médicaux (CRCI) a alors été menée, écartant cette hypothèse. Selon elle, la perte de ses facultés visuelles serait bien la conséquence naturelle de la DMLA dont il souffre depuis plusieurs années, bien avant l'opération. Mais persuadé du contraire, il a décidé, par le biais de son avocat, de demander une contre-expertise à la chambre civile du TGI de Limoges pour obtenir une nouvelle expertise judiciaire. Verdict le 13 juillet prochain.

S'il n'y a pas de statistiques officielles, on estime à 450.000 le nombre d’erreurs médicales chaque année dans l’Hexagone, selon le Président de l’Association d’aide aux victimes d’accidents, Dominique Courtois, qui s'est exprimé dans un entretien à 20Minutes en2014. "Cela peut paraître énorme mais cela représente au final 1% des actes médicaux estimés", avait-il déclaré.

Aux Etats-Unis, les erreurs médicales constitueraient la troisième cause de décès, derrière les maladies cardio-vasculaires et les cancers, selon le constat de deux médecins américains, Martin Makary et Michael Daniel. Elles seraient à l’origine de 250.000 décès chaque année.

 

Un homme qui avait répondu au mauvais nom dans la salle d'attente d'une clinique de Limoges avait subi en 2011 une opération nettement plus importante que celle qui était prévue.


Commentaires

-