L'ingénieur perd une clé USB... remplie de vidéos pédopornographiques

L'ingénieur perd une clé USB... remplie de vidéos pédopornographiques

Publié le :

Mercredi 11 Juillet 2018 - 17:45

Mise à jour :

Mercredi 11 Juillet 2018 - 18:01
© GREG BAKER / AFP/Archives
PARTAGER :

La rédaction de France-Soir

-A +A

Un homme de 34 ans résidant à Charenton-le-Pont (Val-de-Marne) a été arrêté lundi et devait être jugé en comparution immédiate. L'homme a perdu dans un ascenseur une clé USB remplie de centaines de vidéos X mettant en scène des adolescents.

Il n'avait jamais fait parler de lui et est décrit comme un conjoint "aimant" par celle qui partage sa vie. Mais ce jeune ingénieur de 34 ans résidant à Charenton-le-Pont (Val-de-Marne) cachait un secret: il était obsédé par les vidéos pédopornographiques. Et c'est un mauvais concours de circonstances qui va le perdre comme le rapporte Le Parisien.

Les faits remontent à février. Un technicien réparateur d'ascenseur intervient dans un immeuble de cette commune cossue de la petite couronne parisienne, à proximité du bois de Vincennes. Il découvre un curieux objet pendant son travail. Une clé USB se trouvait en effet dans la fosse de l'ascenseur, peut-être tombée accidentellement de la poche de son propriétaire.

Le technicien, une fois rentré chez lui, décide d'en explorer le contenu. Et là, l'homme y découvre une collection de 338 vidéos pédopornographiques. Il décide alors de contacter la police.

Les forces de l'ordre identifient sans peine le propriétaire de la clé. La mémoire comportait, outre des images pédophiles, des documents professionnels.

Lire aussi - Ses parents hébergeaient le pédophile qui l'a violée: elle attaque l'Etat

Lundi 9, c'est donc chez un ingénieur spécialiste de la réputation numérique, et travaillant dans une grande entreprise, que les policiers débarquent. En garde à vue, le trentenaire avoue sans peine, d'autant que d'autres vidéos sont retrouvées sur son ordinateur. Il admet avoir téléchargé sur le Darknet –les sites Internet qui ne sont pas référencés sur les réseaux sociaux– des vidéos porno mettant en scène des mineurs. Un fantasme qui a débuté il y a deux ans, après avoir vu une adolescente de 15 ans s'exhiber. Il affirme cependant n'être jamais passé à l'acte.

L'homme devait être jugé pour recel de bien provenant de la diffusion de l'image d'un mineur à caractère pornographique, devant le tribunal de Créteil. Le verdict n'a pas été communiqué. Le trentenaire risquait deux ans de prison.

L'homme avait égaré dans un ascenseur une clé USB compromettante.


Commentaires

-