Loire-Atlantique: le contentieux entre chasseurs et éleveur se règle à coups de fusil

Un blessé

Loire-Atlantique: le contentieux entre chasseurs et éleveur se règle à coups de fusil

Publié le :

Vendredi 03 Novembre 2017 - 08:55

Mise à jour :

Vendredi 03 Novembre 2017 - 09:08
Un homme d'une cinquantaine d'années a été placé jeudi en garde à vue pour avoir tiré dimanche sur un éleveur, au Loroux-Botterau (Loire-Atlantique). La victime aurait eu une altercation avec ce chasseur et son ami après leur avoir reproché de tirer trop près de chez lui.
© GUILLAUME SOUVANT / AFP/Archives
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Difficile de parler d'accident de chasse lorsque le tireur a délibérément visé un être humain. Une altercation entre deux chasseurs et un éleveur a fini avec des coups de feu et un blessé dimanche 29 au Loroux-Botterau, petite commune de la région de Nantes (Loire-Atlantique).

Deux hommes membres de la communauté des gens du voyage étaient en train de chasser lorsqu'un sexagénaire est venu les trouver, leur reprochant de tirer trop près de sa propriété et notamment de ses moutons qu'il les auraient même accusés de viser selon le site actu.fr. L'éleveur en serait même venu aux mains avec l'un des deux hommes avant de rentrer chez lui.

Mais les chasseurs seraient venus chercher leur revanche, intimant à l'homme de sortir de chez lui. Une fois que l'éleveur s'est exécuté, l'un de ses deux vis à vis aurait tiré en l'air une première fois puis à l'horizontale une seconde fois, touchant le sexagénaire au bas-ventre et aux jambes. Par "chance", le fusil était chargé de plombs, qui ont tout de même pénétré la chair de la victime au nombre de 39. Celle-ci s'en est tout de même relativement bien tirée et a pu quitter l'hôpital dans la journée avec une prescription de cinq jours d'ITT.

L'auteur des coups de feu, âgé d'une cinquantaine d'années, a été interpellé jeudi 2 et placé en garde à vue dans le cadre d'une enquête ouverte pour tentative de meurtre. Il a cependant dû être hospitalisé en raison d'une santé fragile.

Les gendarmes ont précisé que si des incidents ont déjà eu lieu entre des gens du voyage sédentarisés dans la région et d'autres habitants du village, les deux chasseurs impliqués n'avaient rien à voir avec eux.

L'un des chasseurs a fait feu sur l'éleveur qui sortait de chez lui (illustration).

Commentaires

-