Lorient: un banquier aide un tétraplégique à signer un chèque, il est licencié pour "manquement à la réglementation"

Lorient: un banquier aide un tétraplégique à signer un chèque, il est licencié pour "manquement à la réglementation"

Publié le :

Dimanche 11 Juin 2017 - 12:14

Mise à jour :

Dimanche 11 Juin 2017 - 12:16
©Barbara Laborde/AFP
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Le jeune banquier voulait seulement aider un nouveau client qui n'avait plus l'usage de ses mains, le tout avec l'accord de ce dernier. Mais pour avoir signé un chèque à la place d'un autre, le salarié a été renvoyé. Le client a pourtant ouvertement pris sa défense.

La règlementation est-elle trop excessive ou le jeune employé de banque a-t-il vraiment commis une erreur impardonnable? Un employé du Crédit coopératif a en effet été renvoyé début juin pour avoir commis une faute jugé gravissime: il a signé à la place d'un client un chèque. Et pour cause: le salarié voulait a priori rendre service, le client en question étant tétraplégique.

Le 3 mars dernier, Un Lorientais lourdement handicapé franchit en effet les portes d'une agence de la préfecture du Morbihan. Il souhaite ouvrir un compte et doit déposer un chèque de versement initial. Problème: l'homme est tétraplégique et n'a pas l'usage de ses mains.

Le jeune banquier est le seul présent à l'agence ce jour-là. Il décide alors de signer à la place de son client, avec l'accord explicite de celui-ci. Mais même avec l'approbation, même sous les yeux du client, une telle pratique est totalement interdite.

Se rendant compte de son erreur, le jeune employé va même jusqu'à reconnaître son erreur auprès de sa hiérarchie. Mais cette dernière ne lui pardonnera pas un tel écart.

Ayant eu vent des ennuis que rencontrait l'employé qui l'avait pourtant aidé, le client tétraplégique ira même jusqu'à envoyer un courrier au Crédit coopératif pour expliquer qu'il a demandé explicitement au salarié de signer à sa place et qu'il n'était donc pas responsable. "N’ayant pas l’usage de mes mains, j’ai très lourdement insisté pour que mon conseiller clientèle signe le chèque. (…) En aucun cas il ne peut être accusé d’abus de faiblesse ni d’escroquerie envers moi puisqu’il a ensuite déchiré le chèque. L’affaire aurait dû en rester là".

Rien n'y fera: estimant que son salarié a commis "un véritable manquement à la réglementation bancaire de base" le Crédit coopératif a licencié le jeune banquier.

Le client handicapé n'avait pas l'usage de ses mains.

Sur le même sujet, la rédaction vous propose:



Commentaires

-