Lyon: il défend un couple d'amoureux importuné par des jeunes, il finit entre la vie et la mort

Lyon: il défend un couple d'amoureux importuné par des jeunes, il finit entre la vie et la mort

Publié le :

Lundi 14 Novembre 2016 - 07:19

Mise à jour :

Lundi 14 Novembre 2016 - 07:26
©Jean-Louis Zimmermann/Flickr
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Un jeune homme de 20 ans était toujours hospitalisé dimanche avec un pronostic vital engagé après avoir été violemment frappé, jeudi. Son tort: être intervenu lors de l'agression d'un couple d'amoureux par une bande de jeunes.

Il a voulu défendre les amoureux, et il va peut-être en mourir. Un homme est toujours entre la vie et la mort après s’être fait violemment frapper jeudi 10 à Lyon, à l'intérieur d'un bus, par un groupe de jeunes déchaînés. Son tort? Avoir manifesté sa désapprobation face aux quolibets dont la meute abreuvait un couple en train de s’embrasser.

La scène débute à l'un des arrêts de bus de la Part-Dieu, un des lieux les plus fréquentés de la ville entre la gare et le centre commercial du même nom. Là, un couple d’une quarantaine d’années s’embrasse en attendant le bus. Visiblement choqué par les effusions d’amour des deux tourtereaux, un groupe de jeunes les prend à partie.

Un jeune homme de 20 ans, originaire de Vénissieux, une banlieue de Lyon, et lui-même accompagné de sa petite amie assiste à la scène et, sans doute choqué par les motifs de l’agression, décide d’intervenir pour prendre la défense du couple. Le ton monte rapidement et quelques gifles volent. Le bus arrive finalement, le couple et le jeune homme montent dedans, sans s’apercevoir que les individus contre lesquels ce dernier s’est opposé en font de même.

Là, un adolescent de 17 ans agresse physiquement le jeune homme en le frappant violemment à coups de béquilles. L’habitant de Vénissieux s’effondre alors au sol et est pris de convulsions, avant de perdre connaissance. Il sera transporté en urgence à l'hôpital Edouard Herriot avant d'être transféré puis opéré à l'hôpital neuro-cardiologique de Bron. Selon le quotidien Le Progrès, son état s'est stabilisé mais son pronostic vital reste engagé.

L’agresseur présumé a été arrêté le lendemain, dans l'enceinte même du centre commercial, repéré par les caméras de vidéosurveillance. Au cours de sa garde à vue, ce mineur en fugue admettra avoir frappé le jeune homme par "colère", après avoir reçu de sa victime un coup à l’arrêt de bus lors de l’altercation qu’il avait lui-même provoquée.

 

Les faits ont débuté aux arrêts de bus devant le centre commercial de la Part-Dieu.


Commentaires

-